23 / 05 / 2019

En partenariat avec Streetlab, les deux verriers lancent une étude visant à comparer de façon objective les performances des verres progressifs d’entrée de gamme à celles des verres progressifs haut de gamme.

En novembre 2018, Novacel et Streetlab (filiale de l’Institut de la vision dont la mission est d’améliorer l’autonomie, la mobilité et la qualité de vie des personnes déficientes visuelles et des seniors) présentaient un projet d’évaluation objective de la performance des verres progressifs. Cette première étude avait fait ressortir une disparité de réactions entre primo porteurs et porteurs confirmés selon les types de verres proposés. Afin de mener la 2ème phase de l’étude, prévue pour durer 12 mois, Codir (filiale de Krys Group) rejoint ce partenariat. Ensemble, les trois acteurs entendent évaluer les différences entre les verres progressifs haut de gamme et entrée de gamme. Deux séries de tests vont être effectués pour évaluer les verres sur la base de critères objectifs éliminant les critères plus subjectifs liés au ressenti des porteurs. Le but est d’obtenir des données impartiales de performances entre les deux gammes de verres.

« Nous avons eu la confirmation avec notre première étude, que la différence d’impact entre un progressif X et un progressif Y était mesurable et quantifiable. Nous voulons aujourd’hui poursuivre dans cette démonstration afin d’établir que tous les verres ne se valent pas », explique Jenkiz Saillet, directeur général de Novacel. Christophe Lallau, directeur général de Codir, poursuit : « la satisfaction des porteurs est au cœur de notre stratégie d’innovation et cette étude doit nous donner la possibilité d’une part de fournir à chaque porteur le verre vraiment adapté à ses besoins, en termes de correction bien sûr mais aussi de confort, et d’autre part de prouver que tous les verres ne sont pas égaux. »

Les premiers résultats de cette étude devraient être disponibles avant la fin d’année, et l’analyse complète des résultats devrait être communiquée dans le courant du mois d’avril 2020.