21 / 09 / 2019

L’arrêté relatif aux orientations de DPC à respecter dans les 3 prochaines années a été publié le 1er août 2019 au Journal Officiel. Pour les opticiens, elles sont au nombre de quatre.  

 

Comme tous les professionnels de santé, les opticiens sont soumis à l’obligation de DPC. Pour chaque période triennale, ils doivent engager 2 actions différentes de DPC sur les thématiques correspondant aux orientations fixées par arrêté et concertées avec les organisations professionnelles. Pour la période 2020 – 2022, ces orientations sont « vision de l’enfant », « vision de la personne âgée – basse vision », « réfraction complexe » et « optimisation des capacités visuelles au travail ».

 

Chacune de ces orientations est accompagnée d’une fiche de cadrage qui en expose le contexte, les enjeux et le périmètre. Ces fiches, publiées sur le site de l’Agence nationale du DPC, constituent une référence partagée pour l’ensemble des acteurs de ce dispositif, notamment pour les organismes de formation dans la construction de leurs actions. Elles listent pour chaque thème les objectifs de transformation des pratiques, des processus ou des résultats de soins, ainsi que les éléments de programme devant être intégrés aux modules de formation. Ainsi, pour la vision de l’enfant, ces derniers devront par exemple aborder l’identification des signes d’alerte chez les petits, le dépistage des pathologies visuelles ou encore la communication avec les autres professionnels de santé. Pour la vision de la personne âgée, le programme abordera l’optimisation de la vision stéréoscopique, la manipulation des aides visuelles, l’étude posturale du sujet, etc. En ce qui concerne la réfraction complexe, il s’agira de maîtriser l’examen optométrique de base et les différentes procédures (emmétropisation en VL, vérification de la compensation portée et presbytie), ainsi que l’examen de vue et la coordination binoculaire. Enfin, les actions DPC sur l’optimisation des capacités visuelles au travail porteront notamment sur l’environnement lumineux et la définition des rôles et responsabilités des différents acteurs.

 

Notons que l’arrêté du 31 juillet sera, selon l’Agence nationale du DPC, complété à l’automne par des orientations issues du dialogue conventionnel, portées par l’Assurance maladie et les partenaires conventionnels.