19 / 11 / 2019

Alors qu’Itelis a ouvert le 24 octobre la signature électronique pour candidater à son nouveau réseau optique, le Rassemblement des opticiens de France (Rof) soulève des interrogations quant à la conformité de l’appel d’offres au droit français.

 

Depuis le 7 octobre, après avoir mis en ligne son projet de conventionnement, Itelis a reçu les verriers et les opticiens qui en ont fait la demande, ainsi que ses clients Ocam, pour recueillir leurs observations afin de procéder à des ajustements et finaliser sa convention de partenariat. Jeudi 24 octobre, la convention définitive a été publiée au sein de l’outil de conventionnement et la signature électronique ouverte. Les opticiens peuvent candidater jusqu’au 4 novembre.

 

De son côté, le Rof a fait réaliser, par ses conseils juridiques externes, une analyse approfondie des différents documents de l’appel d’offres publié le 7 octobre 2019. « Cet audit a permis d’identifier de sérieuses interrogations et préoccupations juridiques que le Rof a pris l’initiative de communiquer à Itelis par courrier », explique le syndicat dans un communiqué. Dans ces conditions, celui-ci a demandé à la plateforme d’apporter, avant le lundi 28 octobre 2019, des clarifications « afin de s’assurer de la conformité de cet appel d’offres au regard du droit français et, de cette façon, de permettre aux opticiens désireux de candidater de faire un choix parfaitement libre et éclairé ». A l’instar des actions mises en œuvre dans le cadre de l’appel d’offres de Santéclair, le Rof, « en sa qualité de syndicat représentatif, continuera à jouer son rôle de défenseur et de conseils de ses adhérents, tant dans le cadre de cet appel d’offres d’Itelis que de ceux qui sont sur le point d’être initiés par d’autres réseaux de soins dans le domaine de l’optique », conclut l’organisation.