22 / 09 / 2020

La Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) vient de publier son rapport 2019 sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé. Que faut-il en retenir ?

 

Parmi les principaux enseignements de ce rapport, on note qu’« en 2018, d’après le fonds CMU, 455 organismes (326 mutuelles, y compris mutuelles substituées, 103 sociétés d’assurances et 26 institutions de prévoyance) exercent une activité de complémentaire santé ». Soit 19 organismes de moins qu’en 2017, un nombre de mutuelles divisé par 5 depuis 2001 et celui des institutions de prévoyance divisé par deux. « En 2018, les vingt plus grands organismes concentrent, à eux seuls, un peu plus de la moitié du marché en matière de cotisations collectées et les cent plus grands (soit plus d’un cinquième des organismes) en détiennent 90 %. Les vingt plus grands organismes ont gagné 8 points de parts de marché depuis 2011.

De nombreuses mutuelles de petite taille subsistent néanmoins. Le poids de l’activité de complémentaire santé diffère en fonction de la nature de l’organisme. En 2017, la santé représente 85 % de l’activité des mutuelles et 50 % de celle des institutions de prévoyance, mais seulement 6 % de celle des sociétés d’assurances. La part de la santé dans l’activité des sociétés d’assurances a progressé d’un point par rapport à 2016. »

Entre 2017 et 2018, la masse totale des cotisations collectées en santé a augmenté de 736 millions d’euros, soit une hausse de 2 %. Les charges de prestations, quant à elles, hors frais de gestion des sinistres versées par les organismes complémentaires s’élèvent à 29,6 milliards d’euros en 2018 après 29,0 milliards d’euros en 2017.

 

Et l’optique ?

En 2018, les organismes complémentaires finançaient 74,2 % des dépenses en optique. « La hausse de la prise en charge sur ces postes serait une conséquence de l’augmentation de la part des contrats collectifs dans la mesure où ces derniers ont un meilleur retour sur cotisations, en particulier en optique et en dentaire », explique la Drees.

Dans le détail, ce sont les institutions de prévoyance qui offrent une meilleure couverture de l’optique. En 2018, pour 100 euros cotisés, ils reversaient en moyenne 17 euros pour l’optique. Un chiffre qui descend à 13 euros pour les sociétés d’assurance et 11 euros pour les mutuelles.

 

Tableau Drees