26 / 02 / 2020

Chaque année, une quinzaine de points de vente obtiennent cet agrément en basse vision. En 2020, l’enseigne a pour objectif d’augmenter ces ouvertures de 8 %.

 

Plus de 2 millions de personnes souffrent de malvoyance en France et ce chiffre devrait doubler d’ici 2050, rappelle Optic 2000, en soulignant que la basse vision touche essentiellement les seniors : 24 % des plus de 80 ans voient mal les caractères d’imprimerie et 17 % reconnaissent difficilement un visage à quatre mètres de distance (enquête Handicap-Santé menée en 2008 auprès de 28 500 personnes). Dans ce contexte, l’enseigne développe depuis 10 ans des magasins « Point Expert Basse Vision » et a agréé en 2019 le 200ème à Noyon (60).

Formation continue et agencement spécifique pour la basse vision

L’équipe de ces points de vente intègre au moins un opticien formé qui évalue les capacités visuelles et détermine avec la personne malvoyante les aides visuelles les mieux adaptées à ses besoins du quotidien, peut lui prêter du matériel pour un essai à domicile, et aussi l’adresser vers des structures plus adaptées ou des associations. « L’opticien Expert Basse Vision intervient en collaboration avec l’ensemble des professionnels de santé intégrés dans le parcours de soin : l’ophtalmologiste, l’orthoptiste voire l’ergothérapeute et/ou un psychologue », indique Optic 2000.

Notons que l’obtention de cet agrément est subordonnée à un cahier des charges strict : formation continue en basse vision d’au moins un opticien, agencement spécifique du magasin avec une salle isolée pour la basse vision et mise à disposition d’une gamme de produits adéquats. L’agrément est validé, ou non, au cours d’un audit en magasin en présence d’une personne malvoyante.