2 / 04 / 2020

Face aux importants dysfonctionnements observés depuis début janvier, le Gifo (Groupement des industriels et fabricants de l’optique) demande aux pouvoirs publics d’intervenir « afin que la délivrance des équipements et leur bonne prise en charge conformément à la règlementation puissent être assurées dans les meilleurs délais ».

 

« La mise en œuvre de la réforme Rac 0 s’accompagne de sévères difficultés opérationnelles qui paralysent l’ensemble du marché depuis maintenant un mois. En première ligne, les opticiens rencontrent d’importantes difficultés dans la prise en charge de leurs clients. Ils sont confrontés à des refus de prise en charge et des dossiers en attente dans des proportions telles que leur trésorerie et leur chiffre d’affaires sont très durement impactés », explique le Gifo dans un communiqué.

 

L’organisation précise que les fabricants de verres et de montures sont eux aussi « sévèrement impactés par une baisse vertigineuse des commandes depuis le début de l’année ». Ils indiquent en effet subir une baisse de leur chiffre d’affaires de l’ordre de 40 % par rapport à l’année dernière. « Si pour certains la situation semble s’améliorer ces derniers jours, elle ne permet pas de compenser un début d’année catastrophique. Les lunetiers, dont les nouvelles collections de janvier n’attendent qu’à être présentées aux opticiens, se préparent à un retard de facturation de 20 % à fin janvier », précise le Gifo.

 

Dans ce contexte, le groupement a sollicité l’intervention des pouvoirs publics : « Un retour à la normale dans les prochains jours est souhaitable tant pour la santé économique de la filière que pour l’accès aux soins, objectif pourtant central de la réforme », argumente-t-il. En tant que membre du comité de suivi de la réforme, il représentera les intérêts des fabricants et se fera le porte-parole de leurs difficultés lors de la prochaine réunion du 4 février.