23 / 02 / 2020

En ce début d’année, une nouvelle marque fait son apparition sur le marché. Son positionnement ? Proposer le minimalisme et la qualité de la fabrication japonaise à un prix accessible.

 

Le mot Danshari définit le concept japonais de décloisonnement ou minimalisme. En d’autres termes, se débarrasser de l’ostentation et du surplus pour se concentrer uniquement sur la beauté et l’essentiel.

C’est ce concept qui a donné naissance à cette collection, fabriquée au Japon, en titane et en acétate (qui proviennent également du Japon à l’exception de l’acétate de couleur), pour des montures souples et légères, aux designs intemporels. Le créateur de la collection, Giuseppe La Boria, fort d’une expérience dans le secteur d’une trentaine d’années, a préféré se différencier à travers des détails. Ainsi, les plaquettes sont faites en acier chirurgical, le logo gravé est recouvert de silicone hypoallergénique, les métaux sont décorés de petits points ciselés ou de l’idéogramme du soleil japonais, etc. La collection se distingue également par ses branches laminées qui superposent deux plaques d’acétate, une colorée, l’autre transparente pour enfermer une tige en beta-titane.

Les 21 modèles déclinés en trois couleurs sont globalement unisexes et conviendront donc aussi bien aux amateurs qu’aux amatrices des belles choses.

Le packaging fait preuve du même raffinement à travers une boîte, un étui, un chiffon et un livret de garantie. L’étui est réalisé en cuir noir avec un intérieur vert qui rappelle la couleur du thé matcha et un point rouge sur le devant, en rappel du logo de la marque.

Grâce à sa structure légère et une volonté de réduction des marges, Danshari promet la qualité japonaise à un prix accessible : tous les modèles affichent un prix moyen de 285 euros. Cette collection, qui vise principalement les opticiens indépendants, « qui adhèrent à la qualité et sauront raconter l’univers de Danshari » est actuellement présentée aux professionnels. Les premières livraisons sont annoncées, quant à elles, pour le mois d’avril.

Le marché français, comme le Benelux, la Suisse et Israël, est sous la responsabilité de Valérie Abbou, directrice générale et associée de Danshari. Une figure de l’optique que les opticiens français connaissent bien puisqu’elle a dirigé Marcolin France pendant plus de 10 ans, avant de créer avec succès la filiale de Kering Eyewear dans l’Hexagone.

Danshari Lunettes

Danshari Lunettes

Danshari Lunettes