10 / 07 / 2020

Le magazine publie ce jeudi un dossier complet sur l’audioprothèse. Il inclut un test montrant que les aides auditives couvertes par le 100 % santé seraient d’une qualité équivalente aux modèles les plus chers et souligne le rôle majeur des audioprothésistes dans la réussite de la réforme.

 

Selon le test réalisé en laboratoire par l’UFC-Que Choisir sur 13 appareils (7 de classe I et 6 de classe II), les audioprothèses 100 % santé présentent, en matière d’intelligibilité et de qualité de la parole, une efficacité équivalente à celle des modèles plus chers en fonctionnement automatique. « Si des différences de qualité notables existent entre appareils, elles ne sont pas liées à leur prix. Les modèles se distinguent en revanche par leurs options (rechargeable ou à piles, Bluetooth, précision des réglages…), plus nombreuses et évoluées sur les modèles haut de gamme. Si ces options peuvent présenter un intérêt pour les malentendants, leur absence ne remet pas en cause la qualité des prothèses 100 % santé », souligne l’association. Après de longues années à critiquer les audioprothésistes (comme les opticiens), celle-ci reconnaît aujourd’hui leur rôle central dans le succès d’un appareillage, en les invitant à jouer le jeu de la réforme et à proposer, sans les dénigrer, les appareils de la classe I, dont le prix est déjà encadré et qui feront l’objet, dès 2021, d’un reste à charge nul.

 

Si le test de Que Choisir peut faire l’objet d’une lecture critique au regard de ses modalités, les articles qui l’accompagnent mettent en avant la satisfaction des malentendants vis-à-vis de leur audioprothésiste et l’importance de son professionnalisme. A ce titre, ce dossier satisfait l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes) : « Ce dossier remet l’audioprothésiste au cœur de la santé auditive. Il montre que nous avons une fonction majeure dans la mise en place des solutions de santé dans le domaine de la déficience auditive », se réjouit son président Luis Godinho.