27 / 09 / 2020

Comme nous l’annoncions dans notre news du 19 mars, le gouvernement a décidé de permettre l’ouverture des magasins d’optique, afin de maintenir la continuité des soins et, en particulier, la gestion des urgences. Les opticiens qui souhaitaient pouvaient se porter candidats pour assurer ce service minimum volontaire en optique. Le site qui gère ce service est disponible depuis ce matin, 25 mars 2020.

 

Dans un communiqué commun, le Rof (Rassemblement des opticiens de France), la Fnof (Fédération nationale des opticiens de France) et le Synom (Syndicat national des centres d’optique mutualistes) annoncent la mise en ligne du site www.urgenceopticien.fr.

« L’ensemble des syndicats professionnels de l’optique a élaboré un plan de service minimum de permanence des soins qui a été validé par le ministère des Solidarités et de la Santé. Ce service permettra de répondre aux besoins urgents de la population et en particulier au besoin des personnels soignants et salariés des activités économiques essentielles à la vie de notre pays. Ce service minimum effectué par des opticiens volontaires sera encadré de procédures strictes pour protéger la santé des clients et du personnel des magasins d’optique », expliquent les organisations.

Ce site référence 350 professionnels prêts à réaliser ce service minimum, répartis dans quasiment tous les départements français. Seuls les opticiens qui pourront assurer une totale sécurité pour eux comme pour les clients (équipements de sécurité, gestes barrières, information sur les règles de sécurité et l’utilisation des gants et masques) ont été retenus.

 

Ils pourront intervenir dans des situations d’urgence clairement définies :

  • La prise en charge prioritaire des personnels soignants et des personnels d’astreinte dans le cadre du plan Covid-19.
  • Le renouvellement des équipements cassés ou perdus si ce renouvellement satisfait au caractère d’urgence.
  • Le renouvellement des équipements inadaptés uniquement sur nouvelle ordonnance médicale spécifiant le caractère d’urgence.

Le périmètre d’action des opticiens a lui aussi été bien délimité :

  • Les clients seront reçus uniquement sur rendez-vous, après un premier échange lors duquel le professionnel de la vue mesurera le niveau d’urgence de chaque cas.
  • Pas de contactologie ni de délivrance de produits d’entretien.
  • Pas d’examen de vue.
  • Incitation à n’ouvrir que quelques heures quotidiennes et hebdomadaires, afin de ne pas être en contact avec plus de 5 personnes par jour.
  • Bien entendu, respecter les mesures barrières communes à tous les commerces, mais qui comprennent en plus dans le cas des opticiens, la désinfection des montures, verres et matériels.

Ce service minimum fonctionnera de manière optimale pendant les deux prochaines semaines. « Passé ce délai et sans dotation de matériels de protection de la part du gouvernement ou de donateurs, il devra basculer en mode dégradé », alertent déjà les trois syndicats cosignataires.