2 / 06 / 2020

Depuis plusieurs semaines, nous avons pris l’habitude que les événements du secteur (comme hors-secteur) soient reportés ou tout simplement annulés. Bien entendu, ils étaient majoritairement prévus au mois d’avril ou mai. Le Silmo 2020, lui, n’est pas concerné.

 

Pourquoi évoquer d’ores et déjà l’édition 2020 du Silmo, alors qu’elle se tiendra seulement en octobre ? Certains se sont posé la question de son maintien, suite à l’annulation précoce du Mondial de l’Automobile, également prévu en octobre. Si la raison évoquée est bien entendu l’épidémie de Covid-19 qui touche actuellement le monde entier, il est également évoqué sur le site Internet de l’événement, « la mauvaise santé économique du secteur automobile et la nécessité de réinventer un modèle de salon qui soit en phase avec son époque », expliquent les organisateurs du Silmo. Et de continuer : « En 2018 déjà, ce fleuron du monde des salons français avait déjà dû faire face à l’absence de certains constructeurs internationaux et avait réduit d’un tiers le nombre de ses journées d’ouverture au public afin de minorer les coûts directs et indirects de participation de ses exposants. La crise sanitaire que nous vivons actuellement et son effet négatif sur l’économie mondiale ont très certainement accéléré la remise en cause de l’événement et ses organisateurs en ont rapidement tiré les conséquences. »

 

Le Silmo 2020 aura bien lieu

La réponse du Silmo est on ne peut plus claire : « L’annonce de la fin de ce salon auquel les Français sont tant attachés ne saurait en aucun cas remettre en cause de la tenue du Silmo Paris en octobre prochain. S’interroger est légitime, mais comparaison n’est pas raison. » Pas de doute possible.

« Comme nous l’avons communiqué la semaine dernière auprès de l’ensemble de nos clients et partenaires, nous travaillons à la préparation d’une édition que nous souhaitons être celle du redémarrage de l’activité et des retrouvailles de la communauté de l’optique lunetterie mondiale.

Comme tout un chacun, nous suivons l’évolution de la pandémie et restons confiant sur le retour à une situation sanitaire normale dans 6 mois. » Le message est passé.