28 / 05 / 2020

La société Altares, experte de la donnée d’entreprise, révèle chaque trimestre les défaillances d’entreprises en France. Elle publie les premiers chiffres de la période Covid-19 qui, pour le secteur de l’optique, s’avèrent plutôt encourageants.

 

Au 1er trimestre (qui n’a compté que deux semaines de confinement), 14 commerces de détail d’optique ont fait l’objet d’une défaillance : 12 sous la forme d’une liquidation judiciaire et 2 sous la forme d’un redressement judiciaire. Ce nombre est largement inférieur à celui enregistré sur la même période les années précédentes : en effet, 27 défaillances de magasins d’optique avaient été enregistrées au 1er trimestre 2019 (100 sur l’ensemble de l’année), 40 au 1er trimestre 2018 (128 sur l’ensemble de l’année), 28 au 1er trimestre 2017 (114 sur l’ensemble de l’année) et 24 au 1er trimestre 2016 (111 sur l’ensemble de l’année). Selon les données transmises par Altares, ce chiffre est ainsi le plus faible de tous les trimestres étudiés depuis 2013 (à l’exception du 3ème trimestre 2018, durant lequel 13 commerces d’optique ont été mis en liquidation ou redressement judiciaire).  

 

Tous secteurs confondus, depuis début janvier 2020, 11 500 défaillances d’entreprises ont été enregistrées en France, soit 6 000 de moins que sur la même période 2019. « Le nombre d’ouvertures de procédures collectives était en recul de plus de 21 % en janvier 2020 et 14 % en février. En mars, avant le confinement et la fermeture des tribunaux, le rythme changeait, les défaillances se stabilisaient difficilement (+ 0,2 %). Le premier trimestre 2020 avait donc bien démarré, en dépit des grèves qui avaient pénalisé fortement l’activité francilienne. Les TPE et les PME disposaient d’une trésorerie globalement confortable leur permettant d’être pendant quelques semaines plus résilientes face à cette crise forte et soudaine », commente Thierry Millon, directeur des études Altares. Il constate qu’aucun secteur d’activité ne présente de « surmortalité » par rapport à une période « normale ». La construction (22 %) et le commerce (22 %) se partagent près de la moitié des défaillances d’entreprises, devant les services aux entreprises et les cafés-hôtels-restaurants à 14 % chacun et l’industrie 9 %.

 

A court terme, deux échéances clés peuvent directement influencer le rythme des défaillances. La première est celle du 24 juin, soit un mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire. Jusqu’à cette date, la période dite « suspecte » qui permet de remettre en cause tout acte effectué par une entreprise en cessation de paiement, est mise entre parenthèse. Passé cette date, les entreprises en cessation de paiement seront tenues de demander l’ouverture d’une procédure collective. La seconde échéance est le 24 août. Jusqu’à cette date, soit 3 mois après la fin de l’état d’urgence, l’état de cessation des paiements de l’entreprise est apprécié au regard de sa situation financière constatée au 12 mars 2020 (date retenue comme celle du début de l’état d’urgence sanitaire). Ainsi, jusqu’au 24 août, une entreprise pourrait ne pas être considérée en état de cessation de paiement si elle ne l’était pas au 12 mars. « Outre ces dates clés, il sera aussi important de mesurer les effets des plans d’aides et de relances que les pouvoirs publics mais aussi les acteurs du privé ont déjà initié ou pourraient encore dévoiler dans les prochaines semaines (régions, banques, assureurs…) », conclut Thierry Millon.