29 / 05 / 2020

A quelques jours du déconfinement et de la réouverture des commerces, dont les magasins d’optique, l’Observatoire Cetelem publie une nouvelle enquête pour mieux cerner les attentes des consommateurs et leur évolution induite par la crise sanitaire.

 

Le sondage* mené par l’Observatoire Cetelem avec Harris Interactive met en exergue les appréhensions des Français quant aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 : 91 % se disent inquiets pour l’économie française, 72 % pour leur pouvoir d’achat et leur épargne et 51 % des actifs craignent pour leur emploi. En toute logique, 80 % envisagent, à la fin du confinement, de faire attention à leurs dépenses et d’épargner. La plupart voient par ailleurs le déconfinement d’un œil anxieux : 9 consommateurs sur 10 s’interrogent sur ses conditions et 7 sur 10 déclarent avoir peur d’être contaminés lors des sorties (d’où l’importance de rassurer les porteurs sur les mesures de sécurité sanitaire que vous aurez mis en place dans votre point de vente).

 

Engouement confirmé pour le made in France

A la faveur du confinement, les citoyens ont adapté leur mode de consommation : 76 % achètent davantage de produits d’origine française (83 % des 50 ans et plus), 63 % achètent moins de produits en ligne et 58 % consomment davantage de produits responsables (64 % des moins de 35 ans). La situation semble avoir renforcé l’attrait pour le made in France, même si cela pèse sur les finances du foyer :

  • pour 89 %, consommer des produits fabriqués dans l’Hexagone est important dans la période actuelle, par solidarité avec les producteurs français mis en difficulté par la crise ;
  • pour 85 %, limiter la circulation des produits et consommer plus de produits fabriqués localement a des effets positifs sur l’environnement que le confinement a rendu encore plus visibles ;
  • pour 71 %, consommer des produits fabriqués en France est parfois difficile pour leur budget.

 

 

Les Français partagés entre cigales et fourmis

Interrogés sur leurs souhaits en matière de consommation à la fin de la crise, les sondés sont partagés : 47% (54 % des 25-34 ans) voudraient reprendre leur consommation d’avant et retrouver le plaisir de consommer, mais 53% envisagent de demeurer dans la dynamique de ralentissement actuelle. Pour leur déconfinement, les Français perçoivent comme prioritaire les aspects humains : voir leur famille (80 %) et leurs amis (70 %) sera leur premier choix. Les soins corporels (coiffeur, esthéticienne…) se classent juste derrière (49 %), suivis des sorties dans les bars et restaurants (43 %). Les achats de produits technologiques ou électroménagers se classent à l’inverse en fin de liste (14 % et 12 %). L’enquête révèle enfin que le Covid-19 risque d’engendrer une vraie rupture : les Français sont plus nombreux aujourd’hui à considérer que beaucoup de choses vont changer dans leur mode de vie (57%, + 14 points par rapport au début du confinement) que ceux qui considèrent ce passage comme une parenthèse (43 %).

 

*Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 21 au 22 avril 2020 sur un échantillon de 1 005 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.