16 / 07 / 2020

A la demande des représentants de la filière (Gifo, Rof, Fnof, Snof, Snao), l’Asnav (Association nationale pour l’amélioration de la vue) alerte la population et la presse grand public sur les effets néfastes qu’a pu avoir le confinement sur la vision.

 

« Le confinement a profondément fait évoluer nos modes de vie. Télétravail, école à la maison, loisirs connectés, nos activités ont toutes eu recours à un seul et même sens, souvent à son détriment : la vue », explique l’Asnav dans un communiqué diffusé à grande échelle. L’association cite une enquête d’OpinionWay, selon laquelle 60 % des Français ont augmenté le temps passé devant des écrans et 73 % ne se sont pas freinés dans leur pratique, augmentant par ces comportements les risques de fatigue visuelle ou de développement du taux de myopie, déjà en forte progression.  

 

« Parmi les leçons tirées de l’expérience confinement, le bien être comme principe de vie, prendre soin de soi et des siens, se préserver devient une nouvelle priorité des Français. En termes de santé visuelle, cela doit se traduire par des bonnes pratiques », ajoute l’Asnav, qui rappelle dans ce cadre quelques chiffres alarmants :

  • plus d’1 million de 16 – 24 ans n’ont jamais consulté un ophtalmologiste,
  • près de 75 % des parents considèrent inutile une visite chez ce spécialiste avant l’âge de 6 ans, alors que certaines anomalies ne peuvent plus se corriger au-delà
  • 8 millions de conducteurs ont une vision non ou mal corrigée
  • plus de 30 % des porteurs de lunettes déclarent ne pas les porter lorsqu’ils conduisent,
  • 49 % des Français placent le look des lunettes de soleil en premier critère de choix lors de leur achat devant la qualité de protection assurée par les verres. Et 57 % des parents appliquent la même démarche lorsqu’il s’agit de choisir ces lunettes pour leurs enfants.

 

Dans ce contexte, l’Asnav invite les Français à placer leur santé visuelle en tête des priorités post confinement, que ce soit pour un bilan médical, un test de vue, un renouvellement de lunettes / de lentilles de contact ou une rééducation orthoptique. Elle rappelle que les opticiens, ophtalmologistes et orthoptistes, après avoir assuré un service d’urgence pendant le confinement, sont aujourd’hui à nouveau disponibles pour recevoir leurs clients ou patients dans le strict respect des règles sanitaires qui s’imposent. L’association insiste enfin sur les possibilités de renouvellement des équipements optiques par les opticiens et les orthoptistes, sur la base d’une prescription de moins de 5 ans pour les 16-42 ans ou de moins de 3 ans pour les plus de 42 ans.

 

Notons que ces informations ont d’ores et déjà fait l’objet d’une intervention de Jean-Félix Biosse Duplan, délégué général de l’Asnav, sur France Info TV.