28 / 10 / 2020

Essilor a mis au point une nouvelle solution contre la myopie, dont la prévalence est toujours en forte hausse dans le monde. Après une première année d’essai clinique, son verre Stellest a permis de freiner en moyenne de plus d’une demi-dioptrie ce trouble visuel chez les jeunes porteurs.

 

C’est en Chine qu’Essilor a lancé Stellest : le verrier et son partenaire, l’Université médicale de Wenzhou, ont initié en 2018 un test clinique de pointe pour une durée de 3 ans, actuellement en cours, qui porte sur 167 enfants myopes. Les résultats de la première année sont, selon l’entreprise, particulièrement prometteurs :

  • après un an, les enfants portant les verres Stellest ont vu leur myopie ralentir de plus de 60 % par rapport au groupe contrôle qui portait des verres unifocaux ;
  • l’élongation de l’œil a été évitée chez 28 % des enfants porteurs de Stellest, alors qu’elle s’est produite chez tous les enfants du groupe contrôle ;
  • 100 % des enfants équipés de verres Stellest avaient une vision nette, se sont adaptés à leurs nouveaux verres en moins d’une semaine et étaient aussi satisfaits de la qualité de leur vision que les enfants équipés de verres unifocaux.

 

Le verre Stellest intègre une technologie inédite nommé H.A.L.T. (Highly Aspherical Lenslet Target), mise au point par les équipes Recherche et Développement d’Essilor. Celle-ci consiste en une constellation de microlentilles asphériques réparties sur 11 anneaux, conçue pour créer un volume de signal ralentissant l’élongation de l’œil. La puissance au niveau de chaque anneau est déterminée pour garantir un volume de signal qui se situe toujours à l’avant de la rétine et suit sa forme, afin que l’action du verre sur le ralentissement de la myopie soit constante. Le verre présente aussi une zone unifocale qui offre une vision nette de loin.

 

Cette solution a été présentée au congrès virtuel Worldwide Connect de la WSPOS (Société mondiale d’ophtalmologie pédiatrique et de strabologie), qui a réuni, le 26 septembre, près d’un millier de chercheurs, d’ophtalmologistes et de professionnels de la vision. Essilor prévoit de la déployer dans plusieurs hôpitaux en Chine, avant des lancements dans d’autres pays.