2 / 12 / 2020

Comme à chaque trimestre, la société Altares, experte de la donnée d’entreprise, a dévoilé les résultats de son étude sur les défaillances d’entreprises (liquidation judiciaire, redressement judiciaire et sauvegarde) au 3ème trimestre 2020. Si le chiffre est bas, il convient de rester prudent.

 

Tous secteurs confondus, 6 702 procédures de défaillance ont été comptabilisées. Un chiffre en augmentation par rapport aux mois précédents, mais « un niveau qui reste très en-deçà (-35, 4 %) de ce qui était observé sur la même période en 2019. Il faut remonter à plus de trente ans (1989) pour trouver des données aussi peu élevées sur 12 mois glissés (37 500) à fin septembre », explique Altares.

« Malgré un rebond de 16 % au 3e trimestre, le PIB reste 5 % en-deçà de son niveau d’avant crise. Et pour autant, a l’instar des données qu’Altares relève depuis le début de l’année, les défaillances d’entreprises sont extraordinairement contenues.

Depuis janvier, les tribunaux ont prononcé 24 000 ouvertures de procédures collectives, soit le plus bas niveau de défaillances depuis plus de 30 ans. L’État, qui a très tôt mis en place des mesures de soutien (chômage partiel, PGE, report des cotisations et aménagement des règles de cessation de paiement, etc.) a permis aux entreprises de tenir le choc, jusqu’à maintenant.

Plusieurs signaux nous alertent cependant, en particulier la proportion grandissante de liquidations directes, révélatrice d’entreprises qui ont sans doute trop attendu pour se déclarer en cessation et ne peuvent plus être sauvegardées », commente Thierry Millon, directeur des études Altares.

 

En optique

Dans notre secteur, 15 défaillances d’entreprises ont été recensées : 11 liquidations judiciaires et 4 redressements. Un chiffre en baisse par rapport au troisième trimestre 2019 qui comptabilisait 21 défaillances (14 liquidations et 7 redressements).

Au total, l’année 2019 a été marquée par 100 défaillances (73 liquidations et 27 redressements). A la fin du troisième trimestre 2020, on totalise 40 défaillances, dont 32 liquidations et 8 redressements. A moins d’un dernier trimestre catastrophique, les chiffres en optique devraient être en net recul sur l’ensemble de l’année.