29 / 11 / 2020

Selon une étude publiée par le comparateur Hyperassur, en 2021, les prix des complémentaires santé devraient augmenter de 2 % en moyenne, avec d’importantes disparités entre les acteurs.

 

Entre l’augmentation des dépenses de santé, la mise en place du reste à charge zéro, la taxe exceptionnelle sur les complémentaires santé évaluée à 1,5 milliard d’euros, en soutien à l’Assurance maladie, la résiliation à tout moment et sans frais à partir du 1er décembre, l’actualité a été particulièrement dense pour les Ocam ces derniers mois. Compte tenu de tous ces changements, de nombreux analystes annonçaient pour 2021 une nouvelle hausse des cotisations santé.

Le comparateur Hyperassur a analysé les premières indexations tarifaires pour l’année à venir d’une vingtaine de mutuelles, de compagnies d’assurance ainsi que de courtiers et arrive à la même conclusion : « en moyenne, ce seront des hausses à la souscription de l’ordre de 2 % à profil égal, mais avec de fortes disparités selon les cibles ou les assureurs. »

 

De fortes disparités

En effet, en regardant dans le détail, Hyperassur a constaté qu’une partie de ses partenaires « devrait maintenir les prix de 2020 à profil et garanties similaires. C’est-à-dire qu’une personne qui souscrit un nouveau contrat de complémentaire santé en 2021 se verra proposer le même tarif que si elle avait souscrit en 2020. Ce qui contraste avec la hausse de tarifs annuelle des contrats en cours, qui devrait être plus marquée que les années précédentes ». Un phénomène que Julien Fillaud, directeur général d’Hyperassur explique par « l’entrée en vigueur de la résiliation infra-annuelle le 1er décembre prochain [qui] représente une opportunité supplémentaire de capter de nouveaux clients. En maintenant des prix stables, les assureurs investissent pour attirer de futurs adhérents qui verraient leurs cotisations augmenter ».

Si la moyenne s’établit donc à + 2 %, « il apparaît néanmoins des écarts importants d’un acteur à l’autre. Certains anticipent la hausse de leurs coûts en augmentant leurs tarifs à la souscription. Cette disparité reflète aussi les incertitudes que toutes les évolutions réglementaires et sanitaires font peser sur les complémentaires santé », conclut Julien Fillaud.