4 / 03 / 2021

En juillet 2019, EssilorLuxottica annonçait officiellement vouloir acquérir la participation de 76,72 % détenue par HAL Holding N.V. dans le capital de GrandVision. Depuis, ce rachat, qui permettrait à EssilorLuxottica de mettre la main sur plus de 7 000 magasins dans le monde, a été retardé, au point que des rumeurs suggèrent que le géant de l’optique penserait actuellement à se raviser.

 

Alors que tout se présentait sous les meilleurs auspices, la pandémie de Covid-19 a fortement détérioré les relations entre les deux acteurs de la transaction. Au point qu’EssilorLuxottica a annoncé en juillet dernier avoir intenté une action en justice. La raison ? Le silence de GrandVision.

EssilorLuxottica souhaitait alors (soit avant la seconde vague) « appréhender la façon dont GrandVision a géré la marche de ses affaires pendant la crise du Covid-19 et d’évaluer l’étendue des manquements de GrandVision à ses obligations en vertu du Contrat de Soutien ». En réponse, GrandVision a indiqué n’être « pas du tout d’accord », avant de débuter le bras de fer devant les tribunaux. Ces derniers ont d’ailleurs donné raison à GrandVision, avant qu’EssilorLuxottica interjette appel.

Dernier rebondissement en date, selon un article de Bloomberg, EssilorLuxottica pourrait finalement se raviser et abandonner cette transaction estimée à 7,3 milliards d’euros. S’agit-il d’un mouvement stratégique pour faire pression sur GrandVision ? D’une volonté de faire baisser le prix, face au contexte sanitaire et économique qui sévit actuellement dans le monde entier ? Réponses dans les prochains mois. Si elle n’est pas impossible, la probabilité d’abandon claire et simple semble tout de même mince compte tenu des opportunités que représente cette transaction pour EssilorLuxottica. Si le groupe le décide tout de même, il pourrait devoir débourser 400 millions d’euros d’indemnités selon les termes de l’accord, ajoute Bloomberg.