23 / 01 / 2021

Dans le cadre du 100 %, les codes LPP génériques devront être obligatoirement remplacés mi-2021 par les codes fabricants. Ces derniers s’appuient sur le standard OPTOLPP, qui fait depuis peu l’objet d’une nouvelle version. Par la voix de l’association EDI-Optique, les organisations de la filière décryptent cette réforme.

 

Les opticiens peuvent aujourd’hui faire les demandes de prise en charge en indiquant soit le code LPP générique actuel, soit l’identifiant individuel du fabricant. Mais, au 1er juillet 2021, les codes LPP fabricants (différents pour chaque industriel), qui sont pour la plupart déjà disponibles et actifs, deviendront les seuls acceptés par les CPAM (un arrêté du 26 novembre 2020 précise l’ensemble des codes visés par cette modification).

 

En perspective de cette échéance, EDI-Optique a publié le standard OPTOLPPv2 (la version v1 étant retirée, il est indispensable pour tous les fabricants de se conformer à la v2), une foire aux questions et un formulaire de déclaration d’incidents pour aider tous les acteurs du secteur, notamment les opticiens, à bien comprendre et à mettre en place concrètement cette réforme. Ces outils sont le fruit des travaux communs menés depuis le mois de mars par le CIO, EDI-Optique, Eyes-Road, la Fnof, le Gifo, le Rof et le Synom.

 

« Le standard OPTOLPPv2 a pour objectif de faciliter la diffusion des nouveaux codes LPP par les fabricants à destination des éditeurs de logiciels magasins et des opticiens. Nous recommandons, dès maintenant, l’utilisation des nouveaux codes LPP fabricants lorsqu’ils sont disponibles dans les échanges avec le régime obligatoire (Sécurité sociale) », commente EDI-Optique. L’association précise qu’il a en revanche été décidé « de maintenir un statu quo des échanges qui existent avec les régimes complémentaires en attendant d’éventuels arbitrages dans les différends qui opposent les syndicats d’opticiens et l’Unocam sur les échanges de données ».