6 / 12 / 2021

La rédaction de L’OL [MAG] ferme ses portes le temps des fêtes et reviendra dès la semaine du 4 janvier. Après une année 2020 exceptionnellement chaotique, entre 100 % santé et Covid-19, 2021 s’annonce d’ores et déjà riche en événements pour le secteur. Tout sera bien sûr conditionné à l’évolution de la crise sanitaire, mais voici déjà un avant-goût de ce qui pourrait vous attendre…

 

L’arrivée du vaccin pourrait éclaircir l’horizon. La campagne vaccinale contre le Covid-19 débute dès fin décembre. Les premiers concernés seront les résidents d’Ehpad, les patients des unités de soins de longue durée et les professionnels exerçant dans ces structures et présentant un risque élevé. Entre février et mars, la cible devrait être élargie aux personnes « présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une pathologie chronique » et à « certains professionnels de santé », selon les déclarations de Jean Castex. A la fin du printemps, le vaccin devrait pouvoir être proposé à l’ensemble de la population. Si elle s’avère efficace et suffisamment large (la vaccination ne sera pas obligatoire, a expliqué le gouvernement), cette campagne pourrait enfin laisser voir le bout du tunnel avec une diminution conséquente des hospitalisations et des décès liés au coronavirus et, bien sûr un retour à une vie normale, avec tout ce que cela implique positivement, pour la consommation et la vie économique.

 

Une loi sur la filière de santé visuelle pourrait voir le jour. Face à des délais de rendez-vous toujours importants en ophtalmologie, les pouvoirs publics ont l’intention de réformer l’organisation des soins visuels en France. L’épidémie de Covid-19 a retardé l’ouverture des discussions sur ce dossier, mais il est possible qu’un projet de loi soit débattu en 2021, sur la base du rapport de l’Igas qui, pour rappel, recommande d’élargir considérablement les prérogatives des opticiens. Une autre voie serait d’intégrer ces dispositions dans un texte plus général sur la santé, comme le PLFSS. Les acteurs du secteur (syndicats, enseignes…) soutiennent la mise en œuvre rapide de ces mesures (comme les porteurs) et pressent le gouvernement en ce sens. Les ophtalmologistes s’opposent en revanche à un certain nombre d’entre elles. Les éventuels débats s’annoncent animés.  

 

Le cadre de la transmission des données de santé aux Ocam pourrait être arrêté. Suite à la prise de position de la Cnil sur les informations devant être transmises aux complémentaires santé pour la prise en charge des équipements optiques, les syndicats d’opticiens et les fédérations d’assureurs cherchent un accord. Aux dernières nouvelles, celui-ci n’a pas encore été trouvé. 2021 sera donc peut-être l’année du compromis et de la fluidification des échanges entre la profession et les organismes complémentaires.

 

La réforme 100 % santé sera pleinement achevée. En optique, rien de nouveau par rapport à 2019 (sauf une amélioration des bugs qui ont considérablement parasité le démarrage du dispositif). En revanche, l’audioprothèse s’apprête à vivre une vraie révolution puisque dès janvier, tous les Français pourront s’appareiller sans reste à charge, ce qui induira une augmentation notable du trafic dans les centres et des volumes de vente. Si cette réforme revêt un certain nombre de dangers pointés par le Syndicat des audioprothésistes et le Syndicat national des entreprises de l’audition, elle sera porteuse d’une nouvelle dynamique dont devraient bénéficier ceux d’entre vous qui développent une activité audio, par exemple sous la forme d’un corner.   

 

Toute l’équipe de L’OL [MAG] vous remercie une nouvelle fois de votre fidélité, vous donne rendez-vous en 2021 pour toujours plus d’infos et de décryptages et vous souhaite, malgré le contexte, d’excellentes fêtes de fin d’année !