4 / 03 / 2021

Cette année marque une nouvelle page dans l’histoire d’Henry Jullien. En premier lieu, la société célèbrera ses 100 ans. Depuis son rachat par le groupe L’Amy, leur histoire sont maintenant étroitement liées…

 

Après son placement en redressement judiciaire en juin, L’Amy Group a trouvé son repreneur en novembre dernier. Pour Henry Jullien, cela a signifié la mise en place d’une plus petite équipe et une répartition différente des marques. Comme un clin d’œil à l’histoire, ces changements interviennent au moment où Henry Jullien s’apprête à fêter son 100ème anniversaire. L’entreprise vient également d’être certifiée par le label EPV « Entreprise du patrimoine vivant » pour son savoir-faire artisanal et sa fabrication française. Elle profitera donc de cette année particulière pour revenir fortement sur le devant de la scène, que ce soit sur l’univers de marque comme à travers son offre produits.

 

Aujourd’hui, Henry Jullien propose deux gammes de produits : le « Doublé Or » et « Nano Studio ».

La technique du Doublé Or Laminé reste l’une des marques de fabrique qui ont fait le succès d’Henry Jullien à travers le monde. La différence avec le plaqué or ? L’or est dans ce cas lié au métal de base pour une plus grande longévité des montures. La fabrication est réalisée à la main. Pour chaque monture, 279 opérations et 4 mois de travail sont nécessaires. Cette gamme se compose de 30 modèles optiques et solaires, proposés en or jaune et palladium.

Henry Jullien Doublé Or Laminé

 

Nano Studio, quant à elle, est présentée par le fabricant comme « la combinaison parfaite du savoir-faire et de la technologie ». Elle utilise le Nanofit, un matériau résistant et à mémoire de forme déjà utilisé dans le milieu médical et l’industrie aéronautique. Outre le matériau, les 8 concepts de percées et 11 modèles cerclés sont équipés d’une charnière à régulation de friction sans vis brevetée. Ces montures de moins de 5 grammes mais qui peuvent supporter une traction de plus de 20 kilos, font preuve d’une grande résistance, notamment grâce à la technologie laser R-Block utilisée pour les soudures.

 

Henry Jullien Nanofit