17 / 05 / 2021

Interpellée par le député Benoît Potterie sur la mise en œuvre des recommandations du rapport de l’Igas sur la filière de santé visuelle, Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie a assuré que certaines d’entre elles, comme la télé-expertise, sont en cours de mise en place. Cependant, elles ne semblent pas (encore) concerner les opticiens.

 

Prenant la parole lors de la séance des questions orales sans débat du 26 janvier, Benoît Potterie a mis en avant la persistance des renoncements aux soins en santé visuelle. Il a regretté que le 100 % santé ne résolve pas « le cœur du problème, à savoir les délais d’attente pour consulter un ophtalmologiste (…) qui entraînent aussi le non-dépistage de certaines pathologies comme le glaucome ». Soulignant que la crise sanitaire a aggravé la situation, le député du Pas-de-Calais a rappelé que le rapport de l’Igas contient des recommandations qui, selon lui, « vont dans le bon sens », notamment l’allongement de la validité des ordonnances et le développement de la télémédecine. « La majorité de ces propositions relèvent du pouvoir réglementaire. Pourtant, un an après sa publication, le rapport n’a pas encore été suivi de mesures de la part du gouvernement. Madame la ministre déléguée, pourquoi attendre pour agir ? », a-t-il questionné.

 

Brigitte Bourguignon a rappelé que diverses mesures ont été prises ces dernières années pour solutionner le problème des délais d’attente, comme le renouvellement des équipements optiques par les opticiens, les protocoles de coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes, l’élargissement des compétentes de ces derniers et le soutien au développement du travail aidé dans les cabinets. « Toutefois, je conviens avec vous que nous devons aller plus loin au vu de la situation actuelle. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à des mesures qui permettront d’améliorer l’accès aux soins, priorité de notre politique de santé », a-t-elle déclaré. La ministre a ainsi indiqué que certaines recommandations du rapport de l’Igas sont « en cours de déclinaison » : elle a cité l’ouverture de la télé-expertise aux paramédicaux, « qui permettra de s’appuyer encore davantage sur les orthoptistes et constitue l’une des clés pour améliorer l’accès aux soins », en expliquant que le Conseil d’État a été saisi d’un projet de décret en ce sens. Cette mesure pourrait donc se concrétiser prochainement mais, si on se réfère aux propos de la ministre, risque de ne concerner que les orthoptistes, alors même que l’Igas recommande « d’élargir la télé-expertise aux relations entre ophtalmologiste et orthoptiste ou opticien-lunetier ». Le cas échéant, le gouvernement irait donc dans le sens des ophtalmologistes, qui s’opposent à un élargissement trop important des missions des opticiens

 

Qu’en est-il des autres préconisations du rapport ? Le flou persiste. Brigitte Bourguignon n’a donné aucun détail, se contentant de souligner que « d’autres mesures, comme la refonte des formations, nécessitent davantage de temps pour être mises en œuvre », même si elles « retiennent toute l’attention » du gouvernement et que celui-ci « est déterminé à mener ces chantiers à terme ».