17 / 05 / 2021

Fin janvier, UFC-Que choisir pointait à nouveau du doigt la flambée des cotisations en 2021 et l’opacité persistante des contrats. Une information reprise dans tous les médias généralistes. En réponse, la Mutualité a publié une étude pour montrer que les tarifs des mutuelles ne font que suivre l’évolution des dépenses de santé. Dans cette zone de flou, le ministère enquête.

 

Invitée sur les plateaux de Public Sénat et LCP-AN, dans l’émission Audition publique, Olivia Grégoire, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable est revenue sur ce sujet, alors qu’UFC -Que Choisir évoque une augmentation médiane de 4,3 % pour l’ensemble des Ocam, quand la Mutualité l’estime à 2,6 % pour ses mutuelles adhérentes. 

Où se trouve la réalité ? Pour y voir plus clair, Olivia Grégoire a indiqué que le ministère travaillait actuellement sur ce dossier pour se rapprocher le plus possible de la vérité, mais que les complémentaires santé risquent d’être « très possiblement » rappelées à l’ordre. Les Ocam se sont en effet engagés à une non augmentation des cotisations promise lors de la mise en place de la réforme du 100 % santé. Certains les accusent également de répercuter la création de la taxe Covid d’un milliard d’euros en 2021 sur les cotisations des adhérents.

En fonction des résultats de l’enquête, la secrétaire d’État a ajouté que Bruno Lemaire, ministre de l’Economie, pourrait convoquer les différents acteurs à Bercy pour hausser le ton. Les conclusions de cette étude plus précise sur les cotisations devraient être finalisées dans les jours qui viennent. Affaire à suivre, donc.