15 / 04 / 2021

Les 209 codes LPP génériques actuellement en vigueur expireront le 1er juillet 2021 pour faire place à plus de 10 000 codes attribués spécifiquement à chaque fabricant. Devant la complexité de cette réforme susceptible d’engendrer un nouveau chaos dans les prises en charge des équipements optiques, l’association EDI-Optique alerte le secteur et appelle chacun de ses acteurs à anticiper cette étape.

 

« Il faut être collectivement prêts, au plus tard le 15 mai 2021, bien avant l’échéance prévue, parce que, le 1er juillet, les ventes qui n’auront pas été facturées devront utiliser les nouveaux codes LPP fabricants sous peine d’être rejetées par le régime obligatoire. Le code LPP est scellé au moment de la vente et pas au moment de la facturation ! », interpelle EDI-Optique. Les outils sont prêts, grâce au travail mené depuis un an par la taskforce LPP fabricant : la solution (standard OPTOLPP) a été mise au point, une FAQ complète a été rédigée (edi-optique.org/optolpp), les éditeurs et prestataires sont opérationnels et, sur le terrain, la transmission des nouveaux codes LPP fabricants aux CPAM ne semble poser aucun problème, affirme l’association. « Même du côté du ministère et de la Cnam, une très grande majorité des codes LPP fabricants a été attribuée (9 704 à ce jour) », précise-t-elle.

 

Malgré ces avancées, la situation est critique car, selon EDI-Optique, seuls 23 fabricants sur plus de 700 concernés ont fait le nécessaire. « Il doit être clair que les fichiers doivent circuler au plus vite et ce, même s’il manque encore quelques codes LPP fabricants. Les fichiers OPTOLPP, même partiels, diminuent nettement les risques. La taskforce en charge du dossier s’en est émue la semaine dernière et a demandé à chacun de ses membres de mobiliser toutes les forces de communication. Selon le plan d’action défini par la taskforce, les syndicats opticiens doivent écrire à leurs membres pour que ces derniers réclament des fichiers OPTOLPP. Les enseignes et centrales doivent mobiliser les fournisseurs dans le même sens. Le Gifo doit continuer à informer ses membres. Les éditeurs doivent intensifier la communication vers les utilisateurs. Eyes-Road et les prestataires de service doivent mobiliser leurs clients. Les fabricants qui ont déjà fait la démarche doivent mobiliser tous leurs collègues. EDI-Optique doit alerter les dirigeants des sociétés membres », explique Thierry Peyraud, président de l’association.

 

Les opticiens sont aussi invités à se pencher sur le sujet : ils doivent former leurs équipes, comprendre les mécanismes et saisir les informations dans les logiciels de gestion pour tous les cas non couverts par des fichiers OPTOLPP. « Rappelez-vous du chaos en janvier 2020 lors du lancement du 100 % santé. Pour éviter cela en juillet 2021, mobilisons-nous ! », insiste Thierry Peyraud.