15 / 04 / 2021

Fréquemment pointées du doigt pour leur manque de transparence, les complémentaires santé réagissent par la voie de l’Unocam (Union nationale des organismes complémentaires d’assurance maladie). L’organisation dévoile les résultats d’une enquête selon laquelle la plupart des Ocam respectent les promesses de l’engagement professionnel signé le 14 février 2019 sur la lisibilité des garanties.

 

Cette nouvelle enquête a été conduite avec les principales fédérations d’Ocam (FNMF, FFA et CTIP). D’après l’Unocam, « les résultats montrent que les complémentaires santé ont dans leur très grande majorité tenu leurs engagements et qu’elles sont très impliquées dans le suivi de la mise en œuvre de l’accord » de 2019, dont l’objectif est d’améliorer la lisibilité des contrats.  

 

Les réponses recueillies couvrent quelque 45 millions de personnes protégées. Sur le premier engagement, qui prévoyait l’harmonisation des libellés des principaux postes de garanties, 99 % des personnes protégées bénéficieraient aujourd’hui de cette harmonisation, contre 92 % il y a un an. Les Ocam se sont aussi engagés à intégrer à leurs contrats des exemples de remboursement communs et en euros pour les actes les plus fréquents : 83 % des personnes protégées auraient désormais accès à ces exemples, contre 70 % auparavant.

« L’enquête met aussi en évidence un fort développement, en un an, des outils de calcul des restes à charge (calculateur ou simulateur) par les organismes : 91 % des personnes protégées ont accès à un de ces outils, contre 45 % lors de la précédente enquête », déclare l’Unocam, en rappelant avoir publié en 2020 différents outils pédagogiques.  Ceux-ci sont aujourd’hui complétés par deux vidéos accessibles sur Internet, qui décryptent le remboursement des frais de santé et les garanties d’un contrat. Pour Maurice Ronat, président de l’Unocam, « le nouveau bilan réalisé montre que les résultats sont là, les progrès réels et la dynamique bien engagée. C’est très positif, en particulier dans le contexte du déploiement de la réforme du 100 % santé ».