21 / 09 / 2021

Nouvel épisode dans le feuilleton du rachat de GrandVision par EssilorLuxottica, le groupe franco-italien a été débouté en appel par la justice néerlandaise.

 

L’acquisition de GrandVision par EssilorLuxottica avance simultanément sur deux fronts. Concernant l’avis des autorités compétentes au niveau mondial, le géant de l’optique avance dans le bon sens. Rappelons que la Commission européenne a donné le mois dernier son accord si EssilorLuxottica se sépare d’environ 350 points de vente en Belgique, Italie et aux Pays-Bas. Restent en attente les feux verts des autorités de la concurrence du Chili et de la Turquie.

 

En parallèle, les deux groupes s’opposent devant les tribunaux depuis l’été dernier. Le 18 juillet 2020 EssilorLuxottica a intenté une action en justice devant le tribunal de grande instance de Rotterdam afin d’obtenir des informations de la part de GrandVision, pour « appréhender la façon dont GrandVision a géré la marche de ses affaires pendant la crise du Covid-19 et évaluer l’étendue des manquements de GrandVision à ses obligations en vertu du Contrat de Soutien ». Mais le 24 août, le tribunal a finalement débouté le groupe franco-italien qui n’a pas baissé les bras et a fait appel. Hier, le 6 avril 2021, la cour d’appel d’Amsterdam a confirmé la décision initiale en rejetant une nouvelle fois les demandes d’EssilorLuxottica.

 

GrandVision a tenu à préciser que « la décision du tribunal d’aujourd’hui est distincte et indépendante des demandes soulevées par GrandVision dans la procédure d’arbitrage » initiée le 30 juillet 2020, pour confirmer que le groupe ne viole pas le Contrat de Soutien qui unit les deux parties.