24 / 10 / 2021

Verspieren a publié son analyse des dépenses de santé des Français pour l’année 2020. Celle-ci évalue les coûts moyens de santé par région, par poste de soins, le poids du reste à charge avant complémentaire santé ainsi que les effets de la réforme 100 % santé. Zoom sur ses données relatives à l’optique.

 

Premier enseignement de l’étude Verspieren* : en 2020, l’optique a pesé 11,80 % des dépenses de santé des Français adultes, qui se montaient en moyenne à 840€ par personne après prise en charge par l’AMO (contre 1 102€ en 2019). Environ 1 Français sur 5 (18,50 %) a acheté l’année dernière au moins un équipement (20,4 % en 2019).

 

L’enquête montre par ailleurs que le prix des lunettes a baissé sur un an : en 2020, il se montait en moyenne à 456,60€ pour une paire complète (monture + verres, sans distinction unifocal / progressif), soit une baisse de 15,15 euros par rapport à 2019, et à 141,50€ pour une monture seule (-14,16€ par rapport à 2019). Les trois régions dans lesquelles les lunettes sont les plus chères sont la Corse (520,80€ en moyenne), la Bourgogne Franche-Comté (484,50€) et la Bretagne (471€), un top 3 quasi identique à celui de l’année précédente. Au niveau national, le poids du reste à charge avant remboursement de l’AMC est passé de 471,75€ en 2019 à 456,60€ en 2020. Analysé sous l’angle de la part remboursée par la Sécurité sociale, le reste à charge avant complémentaire santé a augmenté de 2,86 points pour s’établir, en 2020, à 99,81 %.

 

Verspieren prix des lunettes reste à charge 2020

 

Verspieren constate enfin une faible utilisation du 100 % santé en optique : en volume, le panier A a concerné l’année dernière 1,4 % des verres, 1,2 % des montures et 2,6 % des équipements complets. « Les assurés ont privilégié majoritairement le panier libre aussi bien pour les montures que les verres. Dans ce panier, le coût moyen d’une paire de lunettes s’élève à 463€ avec un reste à charge de 97,70€ en moyenne », souligne l’étude.

 

Verspieren recours 100% santé lunettes 2020

 

*La base de données prise en compte dans cette étude reprend toutes les lignes de décompte correspondant à des soins de survenance en 2020 et avec une date de saisie comprise entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021, soit plus de 12 millions de données.