25 / 07 / 2021

Après plusieurs comités de suivi de la réforme organisés au ministère de la Santé, la publication des chiffres des réseaux de soins et celle des données de l’Assurance maladie, un premier bilan se dégage dans les trois secteurs concernés : optique, audio et dentaire. Notre comparatif en infographie.

 

L’OPTIQUE

Sans surprise, c’est en optique que le taux de recours au 100 % santé est le plus faible, plus d’un an après son entrée en vigueur. Les chiffres font certes encore l’objet de débats, mais la barre des 20 % est encore loin d’être franchie. Lors du dernier comité de suivi, le ministre de la Santé Olivier Véran a ainsi annoncé un taux de diffusion des équipements du panier A d’environ 15,5 %, mais selon le Rassemblement des opticiens de France, citant une étude du cabinet Xerfi, celui-ci atteint 17,6 %, ce qui représente quelque 2 millions de porteurs. Cette enquête montre également que la proportion de personnes équipées n’ayant pas subi de reste à charge a doublé (21 % contre 10 % en 2018), mais aussi la baisse du plafond de remboursement des montures, de 150 à 100€, a créé du reste à charge pour la moitié des clients ayant opté pour le panier B.

 

Points de vigilance et perspectives

La part de classe A, toujours insuffisante aux yeux des pouvoirs publics, qui pourrait les inciter à imposer aux opticiens un quota minimum de ventes en 100 % santé.

Les contrôles de la DGCCRF, qui a pour l’instant constaté 60 % de « non-conformités » dans les magasins (d’optique et d’audio).

La mise en place du tiers payant intégral, obligatoire l’année prochaine pour les produits 100 % santé.

Le début des discussions relatives à la mise en œuvre des recommandations de l’Igas sur la filière de santé visuelle.

 

infographie 100 % santé optique audio dentaire

 

 

L’AUDIO

En audio, l’entrée en vigueur au 1er janvier de la dernière phase de la réforme, instaurant réellement le reste à charge zéro, semble démarrer sur les chapeaux de roues. Les remboursements de l’AMO ont en effet bondi de 55 % sur les deux premiers mois de l’année, par rapport à la même période en 2020. En outre, la proportion de classe I est clairement supérieure aux attentes des pouvoirs publics, puisqu’elle atteint plus de 30 %, pour un minimum attendu de 20 %.

 

Points de vigilance et perspectives

Le remboursement des aides auditives de classe II (panier libre) par les Ocam, qui sont nombreux à mieux prendre en charge les produits 100 % santé. Ce sujet mobilise tout particulièrement les organisations professionnelles de l’audioprothèse.

La télétransmission des rendez-vous de suivi, qui se heurte encore à des obstacles techniques, mais que le ministère réclame avec insistance.

Comme en optique, la mise en œuvre du tiers payant intégral voulue par les professionnels pour tous les types d’appareils.

Les contrôles de la DGCCRF, qui concernent aussi les centres audio et continueront jusqu’à l’automne.

 

LE DENTAIRE

En dentaire, Olivier Véran a récemment répondu à un sénateur que « les résultats sont déjà au rendez-vous ». Plus de la moitié des couronnes seraient désormais délivrées sans reste à charge (pour un objectif de 45 %). Comme en audioprothèse, un dernier volet de la réforme n’est entré en vigueur qu’au début de l’année 2021 (des prothèses mobiles sont désormais aussi proposées sans reste à charge). Les premières données devront donc être mises en perspective, d’autant plus que le taux de recours au panier sans reste à charge ou à RAC modéré varie beaucoup selon la dent concernée : il frôle les 90 % pour une molaire non visible. Comme en optique, la mise en place de la réforme n’est pas allée sans certains dysfonctionnements, dénoncés par l’un des syndicats professionnels, l’Union dentaire : retard de traitement des dossiers, reste à charge indûment appliqués… Points qui restent bien entendu à surveiller, du point de vue des dentistes.