17 / 05 / 2021

Depuis le 31 janvier pour certains et le 5 mars pour d’autres, les magasins d’optique situés dans des centres commerciaux de plus de 5 000, 10 000 et 20 000 m2 selon les régions, ont dû fermer leurs portes. On connait désormais la date à laquelle ils pourront accueillir à nouveau des clients.

 

Sans aucune visibilité sur leur possible réouverture, de nombreux opticiens impactés directement par ces règles sanitaires ont trouvé des solutions de remplacement : location d’un bus ou camion, installation temporaire dans des locaux vides ou chez d’autres commerçants qui ont bien voulu les accueillir, etc. Rappelons que selon les estimations du Rof, ces mesures ont touché environ 30 % de l’activité de délivrance des équipements correcteurs.

 

Dans son calendrier de déconfinement dévoilé aujourd’hui dans la presse régionale, Emmanuel Macron indique simplement une réouverture des commerces à la date du 19 mai.

 

Une réouverture, mais des « freins sanitaires » possibles

Le doute possible sur la situation des centres commerciaux a été levé par Jacques Ehrmann, président du Centre national des centres commerciaux, qui a confirmé pour cette date une réouverture des établissements et ce, peu importe leur taille.

 

Bien entendu, cette réouverture sera accompagnée d’un protocole sanitaire avec « une personne pour 10 mètres carrés (contre 8 mètres carrés précédemment), le respect strict des gestes barrières comme le port du masque, nous avons toute une série de dispositions sur l’aération, la climatisation, le renouvellement de l’air avec des centrales d’aération puissantes et performantes pour éviter les accumulations de CO2 », a expliqué Jacques Ehrmann, se réjouissant de ce « bon arbitrage » sur l’antenne de BFM Business.

 

S’il faut donc retenir le 19 mai pour une réouverture nationale, cette date pourra cependant être repoussée dans certains départements. « Nous pourrons actionner des freins d’urgence sanitaires dans les territoires où le virus circulerait trop », a précisé le président de la République. Trois critères seront particulièrement surveillés pour activer ou non ces freins sanitaires « le taux d’incidence qui dépasserait à nouveau 400 infections pour 100 000 habitants, une augmentation très brutale de ce taux et une menace de saturation des services de réanimation ».