25 / 07 / 2021

L’arrêté autorisant les opticiens à pratiquer la vaccination contre le SARS-CoV-2 est paru le 8 juillet au Journal Officiel. Le ministère des Solidarités et de la Santé vient de publier les modalités concrètes de ce dispositif.

 

La FAQ élaborée par le ministère pour les organisations professionnelles distingue les professionnels habilités à administrer les vaccins (préparation de dose et injection) et ceux habilités à seulement injecter le vaccin. Les opticiens (ainsi que les orthoptistes et les audioprothésistes) appartiennent à la seconde catégorie. Ils doivent respecter les conditions cumulatives suivantes :

 – la participation exclusive au sein d’un centre de vaccination ou d’une équipe mobile désignés par le préfet ;

– le suivi d’une formation spécifique dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins ;

– la garantie qu’un médecin puisse intervenir à tout moment ;

– l’interdiction d’injection auprès des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection ;

– l’inscription auprès de leur ordre professionnel ; à défaut (ce qui est le cas des opticiens), être en mesure de fournir au centre, à l’ARS ou à la CPAM son numéro ADELI pour justifier de sa qualité de professionnel de santé.

 

Le ministère apporte également les précisions suivantes :

  • tous les professionnels habilités à vacciner des adultes sont aussi habilités à vacciner des adolescents de 12 à 17 ans ;
  • tous les professionnels de santé autorisés à exercer en centre de vaccination (dont les opticiens respectant les conditions posées), sont également habilités à réaliser des TROD (test rapide d’orientation diagnostique) sérologiques, sous la responsabilité d’un médecin, d’un pharmacien, d’une infirmière ou d’une sage-femme.

 

Une formation à la vaccination en plusieurs étapes

La formation pour la vaccination contre la Covid-19 se fait en deux phases :

1 – e-learning par le biais d’un module MOOC de l’EHESP ;

2 – une formation pratique d’une demi-journée dans un centre de vaccination sous le contrôle d’un médecin, d’un.e IDE ou d’un.e sage-femme.

 

Quid de la rémunération et de la responsabilité ?

Les opticiens ou les audioprothésistes injectant les vaccins touchent une rémunération à la vacation horaire comprise entre 20 euros et 34 euros bruts, selon les heures et les jours d’activité. Ils sont rémunérés soit directement par le centre de vaccination soit par l’Assurance maladie, en fonction des modalités en vigueur dans le centre. Comme tous les professionnels de santé qui participent à la campagne vaccinale, ils agissent pour le compte de l’Etat et bénéficient à ce titre, dans la limite de leurs compétences, de la protection fonctionnelle. « Cette protection est assurée sur le plan civil et pénal, sauf en cas de faute personnelle détachable du service. Dès lors, la responsabilité du professionnel ne peut pas être engagée par un tiers et l’Etat doit couvrir les éventuels frais de justice et indemnités dues à la victime. Cette protection fonctionnelle ne peut être refusée lorsque les conditions en sont remplies », précise le ministère.