16 / 05 / 2022

La SFO (Société française d’ophtalmologie) a présenté le programme de son 128ème Congrès, qui se déroulera en présentiel du 7 au 9 mai 2022 au Palais des Congrès de Paris. A cette occasion, Thierry Bour, président du Snof (Syndicat national des ophtalmologistes de France), est revenu sur l’article 68 de la LFSS 2022, qui instaure un accès direct aux orthoptistes.

 

L’article 68 de la LFSS 2022 accorde aux orthoptistes le droit de prescrire des équipements optiques et de réaliser, sans ordonnance, le dépistage de l’amblyopie et des troubles de la réfraction chez les enfants. Le Snof déplore à la fois la forme et le fond. « Sur la forme, le ministère a choisi le passage en force, en ne tenant pas compte des remarques et des oppositions unanimes de l’ensemble des instances de la spécialité et du corps médical en général (CNOM, syndicats, FSM) », déplore Thierry Bour, qui dénonce une « victoire à la Pyrrhus », sans concertation, et appelle le ministère à changer de méthode, notamment pour la rédaction des décrets d’application. Sur le fond, le Snof estime que les prérogatives accordées aux orthoptistes relèvent normalement d’une pratique avancée paramédicale. Leur mise en œuvre nécessitera « des ajustements de formation, d’autant plus délicats que les orthoptistes sont censés agir en autonomie », explique le syndicat. Il relève des problèmes juridiques de responsabilité, les règles professionnelles adéquates n’existant toujours pas, et rappelle les solutions qu’il privilégie : incitation à la création de sites principaux et secondaires d’ophtalmologie dans les zones sous-dotées, élargissement de la téléconsultation et de la téléexpertise, ouverture du télésoin aux paramédicaux… « La filière visuelle a souvent fait preuve d’innovation et d’anticipation ; elle peut être la première à résoudre l’ensemble des problèmes d’accès aux soins dans un cadre de qualité et de sécurisation des soins et ainsi devenir une référence. Pour cela, il ne faut pas opposer les acteurs et garder l’ophtalmologiste au centre de la prise en charge », insiste Thierry Bour.

 

Le Congrès « de la renaissance » pour la SFO

En ce qui concerne son Congrès 2022, la SFO se réjouit de cette édition présentielle après l’édition digitale de 2021. Son évènement phare sera la présentation du rapport, consacré cette année à l’oncologie oculaire. Le Congrès traitera également du glaucome, mais aussi de la myopie, de ses causes (héréditaires et environnementales) et des moyens de ralentir sa progression. Il sera notamment question de l’orthokératologie, du port de lentilles souples entraînant une défocalisation périphérique et, bien sûr, des verres spécialisés comme Stellest ou MiyoSmart.