16 / 05 / 2022

Alors qu’en octobre dernier, le Snof (Syndicat national des ophtalmologistes de France) se réjouissait que le délai médian pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste ait reculé de 16 jours en 2 ans, une nouvelle étude réalisée cette fois-ci par le Rof (Rassemblement des opticiens de France) vient court-circuiter les conclusions des médecins.

 

Pour 56 % des Français (80 % dans le Centre, 68 % en Bretagne, 70 % en Normande ou dans le Grand Est), il faut 4 mois ou plus pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste. Des délais qui se sont allongés au cours des 5 dernières années pour 70 % des personnes interrogées. Et 30 % se sont tout simplement vu refuser une prise de rendez-vous. Voici quelques enseignements dévoilés par l’étude Opinionway pour le Rof, réalisée sur un échantillon de 2 055 personnes, à travers un questionnaire en ligne, entre le 21 et le 27 décembre dernier.

Si les Français interrogés considèrent qu’il n’y a pas suffisamment d’ophtalmologistes à 68 %, ils ne sont que 10 % à se plaindre de l’absence d’un opticien près de chez eux.

Une nouvelle fois, l’étude révèle un manque d’informations sur le dispositif de renouvellement des lunettes : 53 % ne connaissent pas la durée de validité des ordonnances pouvant donner accès au renouvellement de l’équipement par l’opticien. 88 % considèrent pourtant qu’il s’agit d’une « bonne chose », mais seulement 20 % ont utilisé cette possibilité, avec pourtant un taux de satisfaction de 93 %.

S’appuyant sur des indices de confiance positifs, le Rof a voulu pousser plus loin le questionnement sur différentes hypothèses : 76 % des Français sont ainsi favorables à la préparation d’un RDV avec un ophtalmologiste par l’opticien avant une téléconsultation en ophtalmologie quand 74 % ne voient pas d’inconvénient à la délivrance de lunettes sans ordonnance par l’opticien et 56 % sont favorables à la réalisation des actes techniques de suivi de certaines pathologies oculaires comme la DMLA ou le glaucome avant l’envoi des résultats à l’ophtalmologiste.

 

Quatre propositions et une pétition

S’appuyant sur cette étude, le Rof a formulé « quatre propositions concrètes pour un accès aux soins visuels plus fluide :

  • Faire connaître la possibilité de renouveler ses lunettes ou lentilles chez son opticien ou son orthoptiste grâce à des campagnes de communication menées par les pouvoirs publics.
  • Allonger la durée de validité des ordonnances pour faciliter le renouvellement des lunettes chez les opticiens ou les orthoptistes.
  • Permettre aux opticiens de proposer des actes de téléconsultations avec un ophtalmologiste directement en magasin.
  • Permettre aux opticiens de participer aux campagnes nationales de prévention et de dépistage visuels, auprès des adultes comme des enfants, en partenariat avec les ophtalmologistes et les orthoptistes. »

Comme nous vous l’annoncions vendredi dernier, pour soutenir ces propositions auprès des pouvoirs publics, le Rof a créé une pétition en ligne et lance un appel à signature. Une campagne d’affichage va débuter le 24 janvier dans les zones qui comptent le moins d’ophtalmologistes, dans deux gares parisiennes et d’autres à travers la France qui desservent « des zones de désert médical visuel ». Un relais est également prévu sur Internet et en particulier sur les réseaux sociaux. Les opticiens adhérents du syndicat qui souhaitent faire connaître la pétition ont à leur disposition un kit de communication.