16 / 05 / 2022

Le Rassemblement des opticiens de France (Rof) réagit aux annonces formulées par le ministère de la Santé lors du comité de suivi du 100 % santé, qui s’est déroulé hier. Le syndicat revient sur ses propositions pour améliorer l’accès aux soins visuels en France et souhaite la création rapide d’un dispositif réglementaire afin d’« enrayer les comportements inadaptés » de certains opticiens.

 

Pour le Rof, la montée en puissance du 100 % santé en optique, qui représente aujourd’hui 17 % des ventes contre 15,5 % en 2020, est une « excellente nouvelle ». L’organisation entend cependant le souhait du gouvernement d’améliorer ce taux et propose plusieurs solutions pour atteindre cet objectif. La première est de fluidifier l’accès aux soins, dans un contexte où, selon sa récente enquête, 56 % des Français doivent patienter plus de 4 mois pour consulter un ophtalmologiste. Le syndicat plaide ici en faveur de nouvelles prérogatives pour les opticiens (allongement de la durée de validité des ordonnances, téléconsultation…), qu’il défend notamment via une pétition en ligne.

 

Le Rof mise aussi sur une meilleure information du public sur le 100 % santé et un tiers payant intégral sur la part complémentaire. Enfin, il soutient la volonté du gouvernement de mettre en place des règles professionnelles assorties de sanctions (qui pourraient aller jusqu’à 4 % du CA HT) pour les opticiens qui ne les respecteraient pas. Sur ce sujet, le syndicat et ses adhérents se disent prêts à travailler dès que possible avec les services du ministère pour créer ce nouveau dispositif réglementaire et « enrayer les comportements inadaptés de quelques-uns de nos confrères, mais préjudiciables à tous ».