16 / 05 / 2022

Hier, mercredi 26 janvier 2022, Paul Morlet, le fondateur de Lunettes pour Tous était une nouvelle fois invité sur l’antenne de BFM Business. Au cours de l’interview, ce dernier a annoncé représenter aujourd’hui un peu plus 5 % du marché de l’optique en volume et vouloir ouvrir une usine en France…

 

Depuis 2014, année de sa création, Lunettes pour Tous se présente comme l’enseigne disruptive du marché de l’optique. Si elle a beaucoup fait parler à ses débuts, le marché de l’optique n’en a pas été depuis profondément changé, il faut bien l’admettre.

Paul Morlet a indiqué représenter aujourd’hui un peu plus de 5 % de parts de marché en volume (puis 6 % vers la fin de l’interview). Rappelons qu’en 2016, il annonçait déjà détenir 2 % du marché. Selon les estimations en 2020, il s’est vendu environ 15 millions de lunettes en France (une année pourtant en baisse en raison notamment des confinements). Lunettes pour Tous vendrait ainsi environ 750 000 montures par an. Problème, Paul Morlet évoque de vive voix 1 million de lunettes vendues sans préciser de période, quand BFM Business affiche en illustration 420 000 montures par an. Nous, on s’y perd dans tous ces chiffres.

Même chose pour le nombre de magasins : le journaliste évoque 40/50 boutiques, Paul Morlet rétablit la vérité à 28. Mais pour les prévisions les choses se compliquent à nouveau : « 54 magasins attendus cette année, et 130 magasins en 2025 », annonce le journaliste, mais les bandeaux indiquent que Lunettes pour Tous veut ouvrir 7 à 10 magasins par an. On est encore perdu. Déjà le 13 janvier 2020, lorsqu’il était sur le plateau de BFM Business, on comptabilisait alors 20 magasins dont 7 à Paris. Aujourd’hui 28, et il indique avoir ouvert « 6 magasins par an pendant le Covid ».

Paul Morlet conclut l’interview en annonçant l’ouverture d’un magasin en mars à Bruxelles, mais surtout l’ouverture d’une usine « qui va fabriquer toutes nos montures 100 % santé. [Elles] seront faites en France à la main. Parce qu’aujourd’hui, on estime qu’à 30 euros en prix de vente, on sait les faire en France et de qualité ». Pourtant personne n’y a pensé depuis la mise en place de la réforme 100% santé il y a deux ans maintenant.