10 / 08 / 2022

Après avoir critiqué les frais de gestion des complémentaires santé, le magazine économique s’attaque aux services qu’elles proposent, notamment en matière de prévention et de tiers payant. Il met en revanche en avant les réseaux de soins, en dressant un comparatif des rabais qui y sont proposés.

 

Dans un article mis en ligne ce 30 mars, Capital revient sur les résultats de la mise en œuvre du 100 % santé, louant ceux du dentaire et de l’audioprothèse, mais pointant du doigt ceux de l’optique, « où seuls 14 % des verres et 12 % des montures » sont délivrés dans le cadre de la réforme. Le journal souligne que « la faute en incombe en priorité aux opticiens, qui mettent rarement en avant ce type d’offres », mais aussi aux mutuelles, qui font rarement « l’effort de compléter le panier optique gratuit, pour en renforcer l’attractivité ». Il distingue cependant Harmonie mutuelle, qui y intègre une garantie casse monture et verres sans franchise, ainsi qu’Allianz, « qui promet des verres de grandes marques et des montures made in France ». Les Ocam en prennent aussi pour leur grade en matière de tiers payant, notamment pour le 100 % santé, où la dispense d’avance de frais est censée être proposée systématiquement depuis cette année. « On l’attend toujours », dénonce Capital à propos de l’application de cette mesure.

 

L’article s’en prend aussi aux faibles investissements dans la prévention : ils ne pèsent, « selon la Commission européenne, que 2 % des dépenses de soins en France, contre une moyenne de 3,1 % dans l’Union européenne. Difficile de savoir si les mutuelles font leur part, la plupart ayant refusé de répondre à notre questionnaire détaillé. Et si Harmonie mutuelle affirme y consacrer 5,2 % de ses ressources, Swiss Life chiffre ses efforts à seulement 0,8 %, tandis qu’Allianz ne prévoit qu’un petit euro par client et par an ».

 

Les réseaux de soins sont les seuls services des Ocam loués par Capital. Ces plateformes, bousculées par le 100 % santé, « n’ont toutefois pas dit leur dernier mot, notamment pour les paniers libres, dont elles négocient les tarifs », rappelle le magazine, en soulignant les remises importantes qu’elles permettent : 9 % en optique chez Carte Blanche Partenaires, 35 % sur les audioprothèses chez Santéclair, 20 % sur les montures chez Kalixia… « Ces réseaux interviennent aussi en amont, via l’analyse de devis. Très utile pour les opérations les plus lourdes, comme la chirurgie des yeux », explique Capital. L’article intègre un banc d’essai des 5 principaux réseaux. Pour l’optique, le tableau compare les remises sur les verres, qui atteignent 40 % chez Carte Blanche, jusqu’à 40 % chez Itelis, Santéclair et Sévéane, et jusqu’à 30 % chez Kalixia.