16 / 05 / 2022

Le journal Les Echos a révélé en exclusivité les grandes lignes du programme santé du président-candidat. Trois mesures se dégagent.

 

A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, le quotidien Les Echos a dévoilé les réformes envisagées par Emmanuel Macron en cas de réélection. Suite au succès du 100 % santé dans l’audioprothèse et le dentaire, il pourrait proposer l’extension de cette offre à l’orthodontie, secteur où les restes à charge pèsent souvent lourd dans le budget des ménages. Autre hypothèse envisagée par le président-candidat : la systématisation véritable du tiers payant et son intégralité (RO + RC). Il s’agirait ici de confier « un rôle d’intermédiation financière à l’Assurance maladie, qui paierait les médecins, puis recouvrerait les fonds auprès des complémentaires. Les médecins seraient satisfaits ; les complémentaires nettement moins », expliquent Les Echos.

 

Selon Le Quotidien du Médecin, cette idée a été confirmée par l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Elle n’est pas nouvelle : le tiers payant généralisé est une mesure phare de la loi santé de 2016, dite « loi Touraine », mais sa mise en œuvre s’est heurtée – et se heurte toujours – à l’opposition du corps médical, qui pointe du doigt un alourdissement de leurs tâches administratives et une déresponsabilisation des patients. Si l’équipe du président sortant promet que, le cas échéant, les mesures prises iront dans le sens de la simplification, les professionnels de santé se montrent sceptiques. Interrogé par Le Quotidien du Médecin, le président du syndicat MG France, Jacques Battistoni, rappelle que les praticiens veulent « une garantie de paiement » et estime que l’Assurance maladie, en tant qu’intermédiaire, leur demandera de vérifier que le patient est couvert par un Ocam. « Ce travail de vérification prend du temps et représente une charge de travail administrative supplémentaire », souligne le généraliste.

 

En parallèle de ces deux mesures, Emmanuel Macron pourrait en outre généraliser la subrogation de salaire, à savoir l’avance, par l’employeur, des indemnités journalières versées par l’Assurance maladie.