8 / 08 / 2022

Le nouveau président du Rof (Rassemblement des opticiens de France), Stéphane Corfias, élu en juin dernier, a établi les grandes priorités de son mandat « pour défendre les intérêts de notre métier dans une période riche en défis ».

 

Présentant le Rof comme « la maison commune de tous les opticiens », le président insiste sur « la pluralité des modes d’exercice de notre profession », qu’il souhaite faire respecter. Selon lui, dans les prochaines années, la profession a trois grands combats à mener.

  • Lutter contre les déserts médicaux en santé visuelle : Après les récentes délégations de tâches aux orthoptistes, le Rof souhaite aller plus loin avec une nouvelle délégation de compétences aux opticiens. « Le rapport de l’IGAS IGESR de 2020 préconisait déjà de s’appuyer sur les 35 000 opticiens répartis de façon équilibrée sur l’ensemble du territoire, pour maintenir l’égalité d’accès aux soins visuels et donc l’égalité des chances en santé de chaque Français. »
  • La réforme de la formation : La question de la réforme de la formation des opticiens figure parmi « les priorités de la rentrée 2022 » du syndicat. Suite à la signature de l’accord sur le 100 % santé et aux recommandations du rapport Igas, « les travaux de refonte de la formation des opticiens, en lien avec la DGOS, devraient débuter au second semestre 2022. Comme ont pu nous l’indiquer les pouvoirs publics, cette réingénierie du diplôme d’exercice est essentielle pour permettre aux opticiens de s’inscrire dans les nouvelles coopérations avec les autres professions de santé visuelle. »
  • Le libre choix de l’opticien et de l’équipement et la question des données de santé : pour lutter contre l’orientation des clients vers tel magasin et tel équipement, mise en place par les Ocams et les réseaux de soins, le Rof va « continuer à exiger la fin des remboursements différenciés et le renforcement de la transparence des contrats, pour permettre à chaque assuré de bénéficier de la liberté de choix de son professionnel de santé, de son équipement et de son reste à charge. » Concernant l’épineuse question de la sécurisation des données de santé, le Rof promet de veiller à ce que le « cadre de transmission […] soit sécurisé et conforme au RGPD et au secret médical dans le cadre des travaux menés par la CNIL et le ministère de la Santé ».

 

Bien entendu, ces grandes thématiques s’accompagneront également de dossiers d’actualité, comme par exemple la récente publication au JO de la nouvelle convention Cnam. « Cette convention qui nous lie à la Cnam, près de 20 ans après la précédente, est le fruit de négociations avec la Cnam et les représentants des complémentaires santé et comporte des avancées notables dont nous souhaitons que chaque opticien tire le meilleur parti », conclut Stéphane Corfias.