8 / 08 / 2022

L’institution a publié l’intégralité de son rapport sur le 100 % santé, qui lui avait été demandé par la commission des Affaires sociales du Sénat. Le document, qui critique entre autres la faible implication des opticiens dans la réforme, aborde aussi les conséquences de celle-ci sur les réseaux de soins, dont le modèle pouvait être bousculé par le dispositif.

 

« En garantissant une offre homogène et sans reste à charge sur l’ensemble du territoire, avec tiers payant intégral, la réforme du 100 % santé peut réduire l’intérêt pour les patients de passer par un réseau », indique la Cour des comptes. Son rapport relève toutefois qu’à date, « rien de tel n’est observé ». L’enquête reprend les données établies par Xerfi, qui montrent que le nombre de patients transitant par les réseaux a suivi le mouvement observé dans les secteurs concernés par la réforme. Le « nombre de professionnels conventionnés a même progressé, passant entre 2018 et 2021 de 4 400 à près de 5 000 dans l’optique (+14 %), de 3 800 à 4 600 en dentaire (+21 %) et de 2 000 à 2 700 dans l’audioprothèse (+35 %) ».

 

La situation pourrait cependant évoluer car, si les réseaux conservent un avantage par la négociation des prix des produits des paniers libres (classe A), « leur modèle économique devrait évoluer afin de maintenir une réelle plus-value, de nature à attirer les patients, les professionnels et de justifier de leurs prix auprès des complémentaires santé (téléconsultation, outils d’information et d’orientation, …) ». Xerfi pronostique ainsi un ralentissement de leur croissance, « qui passerait d’un rythme de 13 % par an au cours de la période 2014-2019 à un rythme de 5 % par an entre 2020 et 2023 ».