30 / 11 / 2022

On le sait, dans certaines régions, obtenir un rendez-vous rapide chez l’ophtalmologiste se révèle compliqué. Dans ce contexte, la télémédecine peut apparaître comme une solution intéressante. Le réseau Alain Afflelou vient d’ailleurs de conduire une phase de tests, avant un développement annoncé à plus large échelle.

 

Selon une étude réalisée par Alain Afflelou avec Harris Interactive, 76 % des Français portant un dispositif de correction ont déjà rencontré des difficultés pour prendre rendez-vous rapidement chez un ophtalmologiste et plus de la moitié exprime des difficultés pour en trouver un près de chez eux*.

 

En réponse, l’enseigne a mis en place un service de téléconsultation sans prise de rendez-vous. Les clients / patients obtiennent leur consultation à distance depuis le magasin, en fonction de la disponibilité des médecins. « La salle d’examen est systématiquement équipée de matériel de dépistage qui permet à l’ophtalmologiste de détecter de possibles pathologies (cataracte par exemple) et d’orienter si besoin le patient vers un cabinet pour une consultation en présentiel. En collaboration avec son fournisseur de matériels et le leader de la télémédecine en France, Alain Afflelou a élaboré, en plus, un dispositif technologique innovant conforme aux réglementations médicales en vigueur pour assurer la totale indépendance entre les deux corps de métiers », détaille l’enseigne. Le service de téléconsultation n’implique d’ailleurs aucune obligation d’achat dans le point de vente.

 

Pendant 8 mois, des tests ont été réalisés dans 5 points de vente avec Medadom, spécialiste en ligne de la télémédecine. « Nous n’avons eu que de bons retours, aussi bien des clients que des franchisés », précisait en septembre dernier, Anthony Afflelou (photo), DG du groupe, lors d’un point presse. Si 25 points de vente ont d’ores et déjà signé pour accueillir ce nouveau service en 2022, les objectifs de l’enseigne sont bien plus importants, puisqu’elle estime que 200 de ses points de vente se situent dans des zones de « déserts médicaux », où il faut attendre entre trois et six mois pour obtenir un rendez-vous ophtalmologique.

 

 

* Enquête Harris Interactive pour le Groupe Afflelou sur « Les Français et les soins optiques » réalisée en ligne du 5 au 7 octobre 2022 sur un échantillon de 1 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.