30 / 11 / 2022

Le CDCF (Conseil du commerce de France) réagit vivement au plan annoncé par le gouvernement pour aider les entreprises, notamment les TPE, à faire face à la flambée du coût de l’énergie. Dans un communiqué signé par plusieurs fédérations, dont le Rof (Rassemblement des opticiens de France), il alerte sur le « grand danger » que courent les commerces.

 

Les mesures annoncées par la ministre du Commerce Olivia Grégoire, qui incluent un bouclier tarifaire pour les TPE, « sont malheureusement décevantes et ne sont pas à la hauteur de la gravité de la situation dans laquelle sont plongées nos entreprises. Les factures d’énergie, cumulées à l’augmentation des autres coûts de production et d’exploitation, vont mettre en péril de très nombreuses entreprises du commerce », dénonce le CDCF. Il cite des exemples concrets, comme celui d’un restaurant franchisé, qui a payé 23 400 euros en factures d’énergie en 2021. « Facture annoncée d’électricité 2022 : 140 000 € sans aide ; 119 000 € avec l’aide ; l’entreprise affichera de lourdes pertes avec un risque majeur de faillite et à minima, de réduction très importante des effectifs, etc. »

 

Un risque d’inflation record

Pour le Conseil du commerce, « la multiplication par 2, 3 voire par 10 de leur facture énergétique pour 2023 est un mur infranchissable pour toutes les entreprises », quels que soient leur taille et leur secteur, qui met en péril leur équilibre économique voire leur existence : « Les aides du gouvernement sont bien en dessous des besoins réels. Le compte n’y est pas ! » En l’absence d’un soutien supplémentaire, les commerçants n’auront d’autre choix que de répercuter les coûts sur les prix de vente de leurs produits et/ou de réduire leurs investissements. Le CDCF et Perifem (fédération technique du commerce) déclarent soutenir les efforts de la France pour obtenir un accord au niveau européen afin de baisser durablement le prix de l’énergie. Dans cette attente, les deux organisations demandent au gouvernement de mettre en place rapidement une politique de soutien plus ambitieuse pour les commerces et leurs 3,1 millions d’emplois. « Si aucun accord n’est trouvé, si l’aide aux entreprises n’est pas plus volontariste, c’est une inflation record qui s’annonce avec ses conséquences difficiles pour la majorité des français », avertit le CDCF.