31 / 01 / 2023

Dans le cadre des questions écrites au gouvernement, le ministère de la Santé a réaffirmé la nécessité de renforcer l’information sur le 100 % santé en optique, du grand public mais aussi des professionnels de santé.

 

Interrogé par le sénateur Pierre Charon (Paris, Les Républicains) sur les raisons du faible recours au 100 % santé et sa mauvaise compréhension par de nombreux Français, le ministère de la Santé a affirmé* que, dans les 3 domaines concernés (optique, audio et dentaire), les paniers de produits sans reste à charge « ont été élaborés en concertation avec de nombreux partenaires dont les professionnels de santé et les industriels pour assurer un niveau de qualité équivalent à celui de l’ensemble des produits du marché hors 100 % santé ». Le gouvernement précise en outre que les gammes proposées ont vocation à être réactualisées régulièrement et que « des travaux vont prochainement être ouverts dans ce sens par le gouvernement, toujours en lien avec les professionnels du secteur ». 

Pour le gouvernement, le bilan de la réforme est positif mais « certains progrès restent toutefois à faire, en matière d’optique », répète-t-il. Il avance 2 explications : « La première réside dans le fait que les assurés sont libres de privilégier l’achat de produits hors panier de soins. Cela est particulièrement le cas en matière d’optique, où le choix d’une monture de lunettes se fait par exemple sur des critères esthétiques et peut amener les assurés à privilégier une marque hors panier de soins ; la deuxième explication est celle d’un besoin de renforcement de l’information, qu’elle soit grand public ou délivrée par les professionnels de santé. »

Le ministère rappelle les 2 campagnes menées dans ce cadre – l’une par la DGCCRF, l’autre par la Cnam – qui « ont confirmé les efforts à faire pour parvenir à une mise en œuvre complète de la réforme par l’ensemble de ces professionnels ».

« C’est pour cette raison que ces contrôles seront maintenus dans les années à venir, comme l’ont recommandé la Cour des comptes et l’Inspection générale des affaires sociales dans leur rapport d’évaluation de la filière auditive en novembre 2021 », annonce le ministère. Il évoque également un possible renforcement de la communication institutionnelle autour du dispositif pour développer le recours au panier 100 % santé.

 

*La réponse du ministère a été publiée dans le JO Sénat du 8 décembre 2022.