31 / 01 / 2023

Pour le SNAO (Syndicat national autonome des orthoptistes), la réforme est inéquitable pour ceux qui exercent en libéral.

 

Dans un communiqué, le SNAO souligne que les orthoptistes en libéral ne peuvent pas bénéficier de la bonification de 10 % de retraite accordée à ceux ou celles ayant élevé au moins 3 enfants, ne sont financés par l’Assurance maladie pour l’ASV (Avantage Social Vieillesse) qu’à hauteur de 450 euros par an (contre 3 500 euros pour les médecins) et ne pourront plus bénéficier de surcote de leurs pensions en continuant à travailler au-delà de 62 ans. Au regard de ces trois spécificités, le syndicat juge la réforme à venir inégalitaire, même s’il adhère aux points jugés positifs par la FFPS (Fédération française des praticiens de santé) : simplification du mode de calcul des cotisations sociales, « en rendant enfin équitable l’assiette de calcul de la CSG* », possibilité de diminution de l’activité des praticiens de santé en fin de carrière qui pourront ainsi bénéficier de la retraite progressive, mise en place de droits nouveaux en cumul emploi-retraite.

 

Le SNAO demande donc toujours davantage d’équité : il « continuera à se battre pour obtenir plus de droits pour les orthoptistes et surveillera de près la mise en application des avancées pour les libéraux ». L’organisation affirme également rester solidaire des revendications annoncées par les principales organisations syndicales de salariés, même si ceux-ci sont représentés par les grandes centrales.  

 

*Le SNAO explique que les professions libérales payent depuis plus de 20 ans de la CSG sur une assiette où on réintègre leurs cotisations sociales déduites.