29 / 11 / 2020

L’OL Mag 734 – ebook

12,00  TVA incluse

Sans expédition – Produit uniquement téléchargeable – Vous recevrez un email contenant un lien de téléchargement.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

Catégorie : Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°734 – Novembre 2019

Edito

ET SI LE VENT TOURNAIT ?

À l’occasion du 100 % santé, la majorité des réseaux de soins mettront en place un réseau optique renouvelé au 1er janvier 2020. Leurs appels à propositions se sont succédés cet automne et ont donné lieu à des rebondissements inédits. Tous sans exception ont fait l’objet d’une analyse juridique de la part du Rof (Rassemblement des opticiens de France), qui a décelé dans chacun des problématiques juridiques importantes, notamment au regard de la réglementation relative au traitement des données personnelles.
Demande de clarifications, mises en demeure, saisie de la Cnil… : une salve sans répit a été menée contre les plateformes, qui ont réagi de différentes manières. Si Santéclair a campé sur ses positions, Itelis a modifié à plusieurs reprises les termes de son conventionnement et reporté la date limite de dépôt des candidatures, comme l’a également fait Sévéane.
Alors que la quasi-totalité des appels d’offres sont clôturés (à l’heure où nous bouclons ce magazine, seul celui de Kalixia est encore en cours), cette situation est une première dans l’histoire des réseaux des soins qui vont vraisemblablement faire face à une baisse globale du nombre de leurs opticiens partenaires. Plusieurs raisons peuvent être invoquées : le durcissement de leurs conditions, notamment en termes de grilles tarifaires, mais aussi l’entrée en vigueur imminente du 100 % santé. En effet, cette réforme permettra à tous les Français, quelle que soit leur complémentaire santé, d’acquérir une paire de lunettes correctrices sans reste à charge, ce qui fait perdre un pan de leur légitimité aux plateformes.
Dès 2020, leur influence devrait être amoindrie sur le marché de l’optique. À terme, c’est leur rôle global qui pourrait être remis en question par les professionnels, les patients, mais aussi les Ocam qui les utilisent. Face au coût que les réseaux représentent pour les complémentaires santé, certaines pourraient décider de s’en désolidariser, dans un contexte de hausse de leurs dépenses liée à la mise en place du 100 % santé en optique, audioprothèse et dentaire. Nul ne sait encore dans quelle mesure, mais les plateformes devront impérativement changer de posture. La profession a décidé de dire stop à l’unilatéralité des relations.

 

Anne-Sophie Crouzet