18 / 10 / 2021

L’OL Mag 743

16,00  TVA incluse

Expédition comprise.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

En stock

Catégories : , Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°743 – Novembre 2020

Edito

Prescripteurs contre patients

Le rapport de l’Igas sur la filière de santé visuelle, publié mi-septembre, recommande aux pouvoirs publics de mettre en place toute une série de mesures pour améliorer l’accès aux soins, optimiser la prise en charge des patients et réduire les délais de rendez-vous. Pour cela, il mise tout particulièrement sur les opticiens. Parmi ses préconisations, on retrouve ainsi l’extension de 2 ans de la période de validité des ordonnances de verres correcteurs pour les 16-42 ans et l’autorisation d’adaptation des primo-prescriptions en cas d’erreur ou d’inconfort. L’Igas suggère même, si nécessaire, d’autoriser les opticiens (et les orthoptistes), à primo-prescrire les lunettes dans certaines conditions. Face à ces recommandations, les ophtalmologistes freinent des quatre fers. Les récentes enquêtes menées par leur syndicat auprès des praticiens montrent leur réticence à franchir ces caps majeurs (voir notre focus page 28), officialisée par les prises de parole du Snof, qui dénonce une confusion entre opticiens (orientés sur le commerce) et orthoptistes (orientés sur le soin) et s’oppose fermement au cumul prescription-vente.
Pour avancer dans le sens du rapport Igas, la profession devra donc convaincre les ophtalmologistes de sa capacité à assumer qualitativement et en toute sécurité les nouvelles missions qui pourraient lui être confiées. La tâche s’annonce ardue.
Les opticiens peuvent cependant compter pour cela sur le soutien des patients. Un sondage mené par Ipsos, du 12 au 16 octobre, pour le Rassemblement des opticiens de France montre en effet qu’une majorité des porteurs est favorable à de telles réformes : 80 % font confiance à leur opticien pour la réfraction, 82 % se disent pour la possibilité d’adapter une première ordonnance en cas d’inconfort, 69 % pour l’allongement de la durée de validité de la prescription et 64 % pour la primo-prescription par les opticiens et les orthoptistes.
Les discussions qui s’ouvriront prochainement sur la réforme de la filière de santé visuelle s’articuleront autour de ce rapport de force. Si l’opinion du grand public est un important facteur de persuasion, le poids du lobby des médecins reste énorme dans notre pays. Dans ce débat, le rôle que vous avez à jouer est d’entretenir la confiance que vous accordent les uns et les autres, de leur montrer vos compétences, d’informer les prescripteurs de vos adaptations, de décrypter les besoins des patients pour y répondre au mieux, de vous former en respectant vos obligations de DPC. De montrer qu’il n’y a pas d’opposition entre commerce et soin.

 

Anne-Sophie Crouzet