18 / 10 / 2021

L’OL Mag 750

16,00  TVA incluse

Expédition comprise.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

En stock

Catégories : , Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°750 – Juin 2021

Edito

Codes LPP : évitons le bug !

Au 1er juillet, la filière vivra une nouvelle réforme avec la disparition des codes génériques et leur remplacement par les codes fabricants. Vous allez devoir gérer quelque 10 000 codes, contre 200 auparavant. On ne reviendra pas sur la pertinence contestable de cette mesure, peu en phase avec la volonté de simplification affichée depuis plusieurs années par les pouvoirs publics. Elle est imposée, et il ne sert plus à rien de se lamenter sur la complexité de sa mise en œuvre. L’urgence aujourd’hui est d’éviter un bug similaire à celui de janvier 2020, quand a été lancé le 100 % santé dans une totale impréparation.
Dès le 1er juillet, les prises en charge n’intégrant pas ces nouveaux codes seront refusées. Les enjeux sont importants, ils concernent autant votre trésorerie que la satisfaction de vos clients.
L’axe central de vos démarches réside dans votre logiciel, qui intègre l’ensemble de ces codes et les génèrera automatiquement sur les feuilles de soins, FSE et factures, vous évitant des saisies manuelles fastidieuses, chronophages et sources d’erreur.
Si vous ne l’avez pas déjà fait, il est donc urgent d’entrer en contact avec l’éditeur de votre logiciel pour s’assurer qu’il embarque les catalogues EDI de vos fournisseurs, qu’il est compatible avec le standard OPTOLPP et qu’il a été mis à jour pour s’adapter au nouveau cadre réglementaire.
C’est le moment où jamais de développer l’utilisation de l’EDI dans votre magasin. Selon les chiffres communiqués par le GEIE Eyes-Road, celle-ci progresse mais reste insuffisante : en 2020, un peu plus de 2 000 opticiens téléchargeaient des catalogues électroniques, soit seulement 15 % de la profession. La réforme des codes LPP doit être l’occasion d’accélérer la transformation numérique de votre magasin. Ce n’est pas un gadget ni un luxe.
Juste le seul moyen de franchir ce nouveau cap sans risque de pénaliser votre activité au moment où le ralentissement notable de la crise sanitaire vous laisse entrevoir la possibilité de retrouver enfin le chemin d’une vraie croissance.

Anne-Sophie Crouzet