30 / 06 / 2022

L’OL Mag 753 – ebook

12,00  TVA incluse

Sans expédition – Produit uniquement téléchargeable – Vous recevrez un email contenant un lien de téléchargement.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

Vous préférez la version papier ?
Cliquez ici

Catégories : , Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°753 – Novembre 2021

Edito

LE RETOUR DE L’OPTIQUE-BASHING

Cela faisait bien longtemps que les journalistes grand public n’avaient pas glosé sur les opticiens. La mise en oeuvre du 100 % santé, qui permet à tous les Français de s’équiper sans reste à charge, avait mis la profession à l’abri des attaques médiatiques pour quelque temps. Un répit de courte durée. En octobre, la presse s’est à nouveau abattue sur notre secteur, à la faveur de la publication d’un horssérie de 60 millions de consommateurs qui lui est consacré. Largement reprise dans les différents médias, cette édition accuse, entre autres, les opticiens de détourner les porteurs des produits de classe A, en ne présentant pas les montures concernées, en ne mentionnant pas l’offre 100 % santé dans le devis normalisé, ou encore en dénigrant les produits qui y sont proposés. Comme par hasard, cette salve journalistique déclenchée par le magazine consumériste arrive en parallèle de la « campagne d’information et de sensibilisation » (selon les mots de  omas Fatôme, directeur de la Cnam) menée par l’Assurance maladie dans les magasins d’optique : des délégués des CPAM visitent les points de vente ayant un faible taux de panier A, vérifient que les obligations (notamment la présentation des montures) sont respectées et leur offrent des affiches et flyers mettant en avant le 100 % santé. Le ministère de la Santé, soucieux de montrer aux électeurs que la réforme est un succès, veut leur présenter des chiffres probants et met la pression sur la profession pour booster les ventes en classe A. La concomitance de ces événements pousse à s’interroger sur leur éventuel lien. Y aurait-il eu téléguidage ? Les pouvoirs publics auraient-ils suggéré à 60 millions de consommateurs d’aborder le sujet (bien sûr sous un angle défavorable aux opticiens, comme à l’accoutumée), en sachant pertinemment que les dossiers de ce magazine sont quasi systématiquement relayés par l’ensemble de la presse grand public ? Ne vous étonnez donc pas si davantage de porteurs vous demandent, depuis quelques semaines, des équipements sans reste à charge. Ils suivent tout simplement les conseils de 60 millions. Ne vous inquiétez pas non plus : aucun texte ne vous oblige, pour l’instant, à réaliser un quota minimum de ventes en 100 % santé. Respectez juste vos obligations : exposition des 54 montures, mention de l’offre 100 % santé dans le devis, explications objectives sur les différences entre les produits de classe A et ceux de classe B. Le consommateur fera le reste.

Anne-Sophie Crouzet