27 / 11 / 2022

L’OL Mag 757

16,00  TVA incluse

Expédition comprise.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

Vous préférez la version téléchargeable ?
Cliquez ici

En stock

Catégories : , Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°757 – Avril 2022

Edito

ENFIN L’UNITÉ ?

Ce n’est un secret pour personne. De longue date, le secteur de l’optique pâtit des dissensions de ses organisations professionnelles. Leurs difficultés à afficher un front uni affaiblissent l’impact des arguments qu’elles produisent pour défendre les intérêts du métier devant le gouvernement, les prescripteurs, les Ocam… Pourtant, si on y regarde de plus près, vos syndicats poursuivent les mêmes objectifs : améliorer la formation des opticiens, leur confier de nouvelles prérogatives, préserver leur liberté.
Le plus souvent, leurs projets ne diffèrent qu’à la marge et les points d’achoppement relèvent plus de la forme que du fond.
A l’heure où nous bouclons ce magazine, un rapprochement semble cependant se profiler. Le CIO (Conseil interprofessionnel de l’Optique, qui regroupe 5 organisations*) annonce en effet la publication du premier Livre Blanc de la filière optique réunissant, de manière inédite, l’ensemble des syndicats d’opticiens et de l’industrie optique en France. Au-delà des sensibilités de chacun, ce document vise à porter haut et fort les enjeux de santé visuelle, mais aussi à être force de proposition, à travers une vision commune à horizon 2030.
L’unité qui manquait au secteur serait-elle enfin arrivée ? Sans mettre la charrue avant les boeufs, cette initiative symbolise au moins une prise de conscience et la volonté d’une alliance. En respectant les spécificités de chaque organisation, ce Livre Blanc, dont nous vous détaillerons les propositions dans notre prochain numéro, permettra d’afficher la convergence de vue qui manquait à la filière. Publié à quelques semaines d’un nouveau quinquennat et des élections législatives, il aidera la profession à avancer plus efficacement ses pions, en améliorant sa crédibilité et son image aux yeux des pouvoirs publics, des élus et des financeurs privés.

* Le Casopi (Syndicat des centrales d’achat au service des opticiens indépendants), la Fnof (Fédération nationale des opticiens de France), le Rof (Rassemblement des opticiens de France), le Synom (Syndicat national des centres d’optique mutualistes) et le Gifo (Groupement des industriels et fabricants de l’optique).

Anne-Sophie Crouzet