27 / 11 / 2022

L’OL Mag 758

16,00  TVA incluse

Expédition comprise.
*La couverture du magazine est une annonce publicitaire.

Vous préférez la version téléchargeable ?
Cliquez ici

En stock

Catégories : , Étiquette :

Description

L’OL [MAG] n°758 – Mai 2022

Edito

NOUVEAU MANDAT, NOUVELLE CHANCE

Emmanuel Macron a été réélu président de la République.

Durant son précédent mandat, il a tenu sa promesse de campagne en mettant en oeuvre le 100 % santé. Certes, cette mesure est en-dessous des attentes du gouvernement en optique, mais obtient un franc succès en audio et en dentaire. Que nous réserve-t-il pour les 5 prochaines années ? Son ambition sera de « poursuivre les mouvements engagés et les amplifier », avec pour priorité « de faire reculer les déserts médicaux en nous appuyant sur les coopérations entre professionnels », selon les mots d’Olivier Véran, ministre de la Santé (à l’heure où nous bouclons ce magazine). Pour définir les solutions optimales, Emmanuel Macron a choisi la co-construction et prévoit d’organiser une « grande conférence » impliquant toutes les parties prenantes, les professionnels de santé au premier chef.
Si cette perspective n’emballe guère les médecins, qui redoutent de se voir imposer de nouvelles contraintes, elle représente une opportunité majeure pour votre métier. Ce futur débat sera une belle occasion de faire entendre votre voix et de revendiquer un rôle plus large dans le système de santé, afin d’améliorer un accès aux soins visuels toujours freiné par le manque d’ophtalmologistes. Il y a de fortes chances d’obtenir gain de cause : la dynamique va en effet dans le sens d’un élargissement des prérogatives des paramédicaux (voir notre article sur le droit de primo-prescription des orthoptistes, page 14), le rapport de l’Igas recommande noir sur blanc de confier de nouvelles missions à la profession et, pour la première fois, la filière affiche un front uni à travers le CIO (Conseil interprofessionnel de l’optique).
Cette organisation a publié un livre blanc (voir notre Focus page 18) intégrant de nombreuses recommandations pour améliorer l’organisation de la santé visuelle en France. Tous les syndicats y ont participé pour arrêter une vision commune, à l’horizon 2030. Ce document est une boîte à outils prête à l’emploi pour les pouvoirs publics. Il symbolise en outre une convergence de vues qui a longtemps fait défaut au secteur, renforçant ainsi sa crédibilité. En ce début de mandat, les planètes sont donc particulièrement bien alignées au-dessus de la profession qui devrait, dans les mois ou années à venir, jouer un nouveau rôle dans l’organisation des soins en France.

Anne-Sophie Crouzet